Bonne journée, les femmes !

Dimanche 8 mars, c’est LA Journée Internationale des femmes. Officialisée en 1977 par l’ONU (Organisation des nations Unies), elle a pour thème cette année : « Je suis de la Génération Égalité : Pour les droits des femmes et un futur égalitaire ».

Que l’on soit du genre militante, levée à l’aube pour défiler, s’investir dans une association, soutenir un combat… Ou du genre cooconing, on prend du temps rien que pour nous, pour prendre soin de nous… Ou peut-être totalement débordée, comme d’hab mais qu’entre la visite chez Mamie, le retard à rattraper au boulot, les activités des enfants, le brunch avec les copines, la séance de gym… Cette journée est la nôtre, on en fait ce que l’on veut ! On la dédie surtout à toutes celles qui sont tellement malmenée par la vie qu’elles n’ont peut-être même pas connaissance de cette journée, de leurs droits. On est toutes ensemble ! Contre les violences, pour l’égalité, chaque geste compte, il n’y a pas de petits combats, seulement une grande cause! Puisqu’elle est internationale, qu’elle célèbre toutes les femmes et fait échos de toutes les luttes pour les droits des femmes travers le monde… Les droits des femmes et l’égalité des sexes vont occuper le devant de la scène en 2020. Rebellissime, a retenu quelques chiffres, quelques actions, quelques témoignages… 

 

La petite histoire

Si l’appellation peut varier, en Journée internationale des droits de la femme, comme en France, la date est la même depuis 1977. Le concept ? Mettre en avant la lutte pour les droits des femmes et particulièrement la lutte contre les inégalités homme/femme. Son histoire ? Celle des combats féministes du monde entier. Fin février 1909, une National Woman ’s Day est célébrée à l’appel du parti socialiste américain. Le 19 mars 1911 l’Internationale socialiste des femmes inaugure la première   « Journée internationale des femmes ». On y revendique le droit au travail , le droit de vote des femmes, et la fin des discriminations. Depuis plus de 100 ans donc, des manifestations, des rassemblements marquent le coup. Mais pour devenir une journée officielle, il faut remonter à 1921 pour la Russie soviétique qui en fait un jour férié jusqu’en 1965. Puis en 1977, les Nations Unies officialisent cette journée internationale. Elle fait désormais a-partie de 87 journées internationale. Tous les pays sont concernés et invités à célébrer dignement cette journée en faveur des droits de la femme. De ce fait, à travers le monde, on peut assister à des manifestations, des évènements, des mobilisations  proposant un bilan de la situation des femmes dans la société, et revendiquant plus d’égalité des droits. On fête bien entendu les victoires tout en restant focus sur les nécessaires améliorations de la condition féminine. Y’a d’la joie, de l’espoir et du boulot ! 

 

La grande cause

La cause féminine est un vaste sujet, aussi multiple qu’il existe de femmes, de pays, de cultures, de politiques… Ce que l’on appelle généralement la condition féminine fait référence à la position de la femme dans l’organisation des sociétés. De là découle une certaine vision des valeurs, mais aussi de exigences plus souvent imposées que proposées aux femmes, dès leur naissance. Et force est de constater que cette position n’est pas reluisante.  Comme le souligne la page dédiée ONUFemmes  « De la grève du sexe des femmes libériennes pour rétablir la paix à la « Journée sans femmes » des Islandaises pour obtenir l’égalité économique, en passant par l’impact mondial du mouvement #MeToo, l’Histoire nous montre que les mobilisations collectives peuvent être sources de changement ». Et le changement est nécessaire puisque même si la discrimination fondée sur le sexe est illégale dans la plupart des pays, elle fait partie du quotidien de chacune en fonction des coutumes et des moeurs. Les hommes restent plus favorisés dans leur évolution professionnelle, leur salaire, l’exercice du pouvoir. Être une femme, être mère devient parfois un handicap. Les femmes sont aujourd’hui les victimes des pires violences : conjugales, sexuelles, psychologiques… 

On comprend donc mieux la thématique de l’année 2020            «Génération Egalité: pour les droits des femmes et un futur égalitaire » 2020 marque en effet le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. Considéré comme la feuille de route la plus progressiste en matière d’autonomisation des femmes et des filles partout dans le monde. 


2020 s’annonce comme charnière dans la promotion de l’égalité des sexes dans le monde, puisque la communauté internationale évaluera les progrès réalisés en faveur des droits des femmes depuis l’adoption du Programme d’action de Beijing. Elle marquera plusieurs autres temps forts du mouvement pour l’égalité des sexes : un cap quinquennal dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD), le 20e anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité, et le 10e anniversaire de la création d’ONU Femmes.

 

Déclaration de Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka,

Directrice exécutive d’ONU Femmes de la Journée internationale des femmes

 


Allez, bonne journée les femmes ! 

 

Virginie Legourd 

Le 7 mars 2020


Sur le même sujet...