DES TUYAUX MALINS POUR REDUIRE SA             CONSOMMATION ENERGETIQUE CET HIVER

Lorsque les journées se raccourcissent et que le mercure plonge bas, la facture énergétique de chaque foyer a naturellement tendance à gonfler. Comment faire pour limiter les dégâts ? 

 

En hiver c’est le poste de dépense principal des ménages français, avec le chauffage en tête de pont, cela va de soi. Au fil de cet article, nous allons voir ensemble les leviers principaux, puis vous donner tout un arsenal de conseils et de petites astuces afin de stopper l’hémorragie et de sensiblement réduire le poste de consommation d’énergie domestique globale, la plupart du temps sans grands travaux.

La lumière à tous les étages...mais en heures creuses…

 

En hiver, il faut savoir que les heures creuses sont celles situées entre 22 heures et 6 heures du matin. Cela peut représenter une économie substantielle lorsque l’on sait que le kWh TTC en heure plein coûte 0,1580 €, pour seulement 0,1230 € en heure creuse, soit environs 22 % de moins.

Tenez-en compte si vous chauffez à l’électrique, ainsi que pour faire tourner tous vos appareils ménagers plus ou moins énergivores, tels que le lave-vaisselle, la machine à laver, le sèche linge, etc. Par ailleurs, s’agissant de l’eau chaude, si votre chauffe-eau possède un programmateur, il ne tient qu’à vous de le régler de telle sorte qu’il ne se déclenche que pendant les heures creuses… Simple, malin, efficace !

Mais la facture d’énergie est aussi liée à l’éclairage de votre domicile, ainsi qu’aux appareils que l’on a souvent la très mauvaise habitude de mettre seulement en veille. Sachez que votre téléviseur consomme 40 % de l’énergie requise lorsqu’il n’est pas complètement mis hors tension.


Équipez vos luminaires avec des ampoules à basse consommation pour commencer ;  vous pouvez désormais en trouver à des prix abordables et qui offrent une durée de vie tout à fait honorable, alors ne négligez pas ce détail. Et puisque nous en sommes à parler de dispositifs à basse consommation, si vous deviez renouveler votre parc (encore une fois la machine à laver, le lave-vaisselle, le sèche-linge, mais aussi votre réfrigérateur, votre congélateur, votre four, ainsi que tout votre parc ...), investissez dans des appareils compétitifs à ce niveau là.

En hiver par ailleurs, comme en toute saison de l’année, il est important d’aérer un minimum son domicile. En toute logique, essayez autant que faire se peut d’ouvrir les fenêtres autour de midi (sauf en cas de tempête de neige ou s’il fait vraiment moins 15° C dehors). Et si cela ne vous est pas rendu possible en semaine, alors faites-le le week-end.

Par ailleurs, lorsque vous vous mettez au fourneau, même si cela peut vous sembler fou comme conseil, et bien privilégiez la cuisson au four, et lorsque la cuisson est terminée, laissez le four entrouvert afin qu’il fasse bénéficier le volume entier de l’habitat de l’énergie qu’il développe et développe ra encore une fois éteint, par inertie… Dans un même ordre d’idée, c’est à dire purement pratique et logique, comparez les différents fournisseurs d’énergie qui sont sur le marché. Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, de très nombreux acteurs étrangers se sont positionnés, chacun avec son offre. Pour l’électricité, comme pour le gaz du reste, c’est une manière efficace de réduire les coûts presque immédiatement, et cela peut être fait vis des sites de comparatifs très au point.

Voilà pour toutes les petits trucs que nous souhaitions vous soumettre, s’agissant de consommation d’énergie «hors chauffage» si l’on peut dire (mise à part le petit paragraphe sur l’aération de l’habitat et la cuisine au four…), car nous souhaitions réserver une seconde partie toute entière à ce poste crucial, nous y voilà donc à présent…

 

Le nerf de la guerre...

 

Nous l’avons déjà précisé un peu plus tôt dans cet article, le poste principale de tous les foyers, s’agissant de facture énergétique, est imputable au chauffage. Voyons un peu comment impacter sensiblement vos frais de chauffage en faisant le tour de tous les leviers qui existent pour ce faire.

 

Tout d’abord, il faut savoir que lorsque l’on parle de «chauffage», cela ne se cantonne pas uniquement au radiateur ou au type de système pour lequel vous avez opté (chauffage centrale, par le sol, au gaz, électrique, au bois, au fioul, une pompe à chaleur…), il y a d’autres variables, et qui ne sont pas simplement de petites variables d’ajustement.

En tout premier lieu, nous ne saurons trop vous conseiller de jeter un coup d’œil bien insistant au niveau de vos portes ainsi que de vos fenêtres. A cause d’une isolation thermique peu efficace à ce niveau là, ou le long de fissures ou de trous dans vos murs, la déperdition de chaleur est souvent beaucoup plus importante qu’on le pense et cela n’est pas négligeable en termes de frais supplémentaires. Vérifiez aussi entrebâillement sous les portes qui donnent dehors, parfois un petit millimètre de trop fait entrer un courant d’air glacé continu dans l’habitat, la solution est très simple, utilisez des « chiens » et le tour est joué. En ce qui concerne l’isolation des portes et des fenêtres, vous ne devrez pas nécessairement engager des frais considérables en les remplaçant, commencez par vous tourner vers des moyens intermédiaires qui fournissent des résultats plutôt satisfaisant (mousse ou adhésif isolant à dérouler et à coller sur les montants, du PVC, ou du silicone...). La pose de double vitrage est aussi une solution extrêmement efficace mais elle engendre des frais relativement élevés ; il existe une solution intermédiaire très maligne qui consiste à fixer une feuille de plastique (d’une épaisseur de 2 à 3 mm) aux endroits névralgiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez la chance d’avoir un grenier, il faut aussi ne pas perdre de vue que le toit peut représenter jusqu’à 30 % de la déperdition calorifique d’une maison, pour peu que les combles ou les soupentes n’aient pas étés calfeutrées et isolées  correctement. On l’oublie souvent mais le garage et la porte qui y mène hypothétiquement est souvent un endroit de faiblesse. Rien de plus simple pour éviter tout ce gaspillage, acheter de la laine de roche ou de la laine de verre, et étalez-en une épaisseur conséquente sur les sols des volumes considérés.

Apprenez également à gérer votre chauffage, c’est important. Une fois que vous avez suivi toute l’isolation de votre foyer, il est temps de se pencher sur un autre levier très important de votre facture énergétique en hiver, à savoir, votre capacité à ne pas surchauffer par exemple ! Lorsque vous quittez la maison, ne serait-ce que pour quelques heures, essayez de prendre l’habitude de baisser vos radiateurs (surtout s’il sont électriques, dont la chaleur reste moins…). Lorsque vous êtes chez vous, bien confortable, sachez que toutes les pièces ne doivent pas nécessairement être chauffées à la même température, alors commencez par installer un thermostat sur votre système de chauffage, pour peu que ce ne soit pas encore le cas, cela facilitera grandement la chose. Pour faire simple et synthétique, on considère que 19° est la température parfaite pour le bureau, la cuisine, le salon et la salle à manger, pour les chambres on conseille plutôt 16-17 ° C (sauf pour les bébés, entre 18 ° C et 20 ° C) et pour la salle de bain, 22 ° C lors de l’utilisation et 17 ° C le reste du temps.


Pour terminer sur ce thème précisément, les particuliers ne s’en rendent pas compte mais un seul petit degré en plus ou en moins, cela impacte la facture dédiée de plus ou moins 7 % !!! Afin de booster un peu le rendement de vos radiateurs, il existe une petite astuce assez méconnue et que nous vous livrons : tapissez les murs situés derrière les radiateurs avec des feuilles métalliques, ces dernières isolent la cloison d’une part et elles ont aussi la  faculté de renvoyer le rayonnement de la chaleur vers l’intérieur du foyer, c’est doublement positif !

Autre petit tuyau en rapport avec les radiateurs, essayez autant que faire se peut, de ne pas placer vos meubles trop proches de ces derniers, sans quoi la matière même des meubles (le bois ou autre…) va absorber une bonne partie de l’énergie calorifique  dégagée par les chauffages ; cela représente autant de chaleur perdue pour l’habitat !

Enfin et pour clôturer toute cette kyrielle de petits conseils, nous ne pouvions pas ne pas vous inciter à faire régulièrement vérifier et entretenir tout le matériel concerné, en ne perdant pas de vue qu’une chaudière encrassée ou mal entretenue peut consommer jusqu’à 10 à 15 % de plus que la normale…  Pour information, on considère qu’une chaudière possède une durée de vie allant de 10 à 25 ans, en fonction de la qualité, du modèle et bien entendu, de l’utilisation que vous en faites. Au moment d’en changer, posez-vous la question en les bons termes et choisissez l’option la plus appropriée à votre situation ainsi qu’à votre habitat (les mètres carrés, la situation par rapport au voisinage, l’environnement direct,...), car il existe de nombreuses solutions : pompe à chaleur, énergie solaire, poêle à bois, à fioul, etc.

Mieux se chauffer, en faisant des économies et en se tournant vers une solution plus écologique, c’est possible, il suffit juste de prendre le temps de se pencher sur ce qui existe et ce qui vous correspond au mieux !

 

Comme nous l’avons vu, il existe tout un éventail de solutions pour réduire sensiblement et durablement votre facture énergétique, surtout lorsque l’hiver pointe le bout de son nez rougi par le froid mordant. Pour que l’impact sur votre facture soit maximisé, il va sans dire qu’appliquer une seule de ces astuces ne suffira pas, c’est par faisceau qu’il faut agir et c’est de la sorte, par effet de  domino, de cercle vertueux, que vous obtiendrez de vrais résultats. Dans un premier temps, on commence très souvent par l’isolation, et si l’on privilégie cet ordre, c’est parce que une fois que cela est fait, on est à même de  mieux dessiner les contour des autres leviers qu’il faudra actionner. Changer de chaudière, de radiateurs, opter pour un double vitrage, isoler vos tuyaux d’eau chaude, autant de possibilités à envisager en fonction de vos moyens, mais quoi qu’il en soit, avec un peu de méthode et d’huile de coude, réduire drastiquement la facture énergétique qui tombe à la période de l’hiver est à la porte de chacun, le tout est de s’y atteler vraiment !

 

Romain Pillard

Le 3 décembre 2020