Où sont nos enregistrements ? 

Grâce aux box et aux forfaits qui vont avec, nous accédons à des programmes illimités, gérons nos enregistrements du PC ou du smartphone. Qui l'eut cru ? La technologie nous libère... vraiment ? 

Certaines choses ne glissent plus comme avant et dans l'univers du tout illimité, droits et restrictions pointent leur nez. Un exemple tout bête vient de tomber sur le coin de la petite cheminée de notre Yes Family. Clients Free mobile et Freebox à la maison, j'ai pu constater quelques changements en matière d'enregistrements vidéos. Au début, c'est apparu un peu comme un événement paranormal. 

« Tiens, Chéri, c'est étrange, les films que j'enregistre sur la Freebox, d'habitude, j'y ai accès du PC ou du portable sur le serveur. Je peux les copier dans notre bibliothèque de films pour les regarder à loisir à la maison. Je peux même les copier sur un disque dur portable ou sur la clé USB du petit pour les emporter en vacances et se mater nos films préférés en famille...  Mouais... super petite Chérie. Et alors ? » Eh bah là, je peux plus... enfin pas pour tous... Pourquoi ? Je ne comprends pas 

Mais qu'est-ce qui se passe ?

 

J'appelle sans plus attendre mon service Free pour poser les questions. J'ai un peu peur, je me dis que la personne va me prendre pour une folle. Genre "Oui, bien sur, madame, des fichiers que vous avez enregistrés, que vous voyez sur le disque dur de la Freebox à l'aide de votre télécommande... Ils sont donc bien là... Mais quand vous ouvrez votre Freebox via votre PC, ces fichiers n'apparaissent pas... Oui bien sur... Ils sont là... mais ils ne sont pas là !!! Et sinon, vous avez bien pris vos petites pilules ce matin ? Vous avez pensé à consulter ou voir quelqu'un, ces derniers temps ?". 

Tant, pis, je prends le risque de passer pour une folle. Je veux comprendre, j'appelle. Et là, c'est la quatrième dimension. Pour mon interlocuteur ; tout est normal. (La bonne nouvelle, au moins, c'est que je ne suis pas foldinguotte!). C'est normal, parce que depuis quelques mois, certaines chaînes privées, pour une question de droits, ne permettent plus que les programmes que vous enregistrez soient disponibles. En gros, c'est ce que je comprends. Je suis, forcément, très désappointée et pense, que ce n'est pas bien juste. On nous prend un peu pour des ânes, tout de même. Et si je ne me trompe, je n'ai pas reçu d'avertissement et d'explications à ce sujet. En revanche, je paie bien tous les mois mes abonnements. 


Les temps changent

 

Même tarifs, prestations restreintes. 

J'aurai un vieux magnétoscope, tout cela ne serait pas arrivé. Sur mes bonnes vielles K7 VHS (Vous pouvez googleiser les moins de 30 ans), les films que j'enregistre, ils y restent ! Le son et l'image sont pourris, mais bien là. Pour preuve notre collection de films et vidéos familiales et de fêtes de potes stockés dans des cartons. Seule une inondation, un incendie, peuvent dégrader les bandes et nous faire perdre nos enregistrements. Parce que je doute qu'un voleur s'y intéresse. Quoi, que, si ce voleur, vient lui aussi de découvrir le poteau rose des droits restreints des enregistrements sur Box TV,   notre stock de vieilles K7 VHS pourrait le motiver plus que tout autre chose ! Faut absolument, que nous pensions à convertir nos VHS en MP4 (Allez hop ; dans la To do list!).

Bon, revenons-en à nos enregistrements. Nous ne décidons plus de ce que nous pouvons ou non copier et utiliser dans le cadre de la  sphère privée. C'est pourtant ce pourquoi nous payons. 

Nous payons donc un abonnement pour la TV via Free, d'autres abonnements à Canal Plus et Canal Sat, une redevance TV. Nous pouvons enregistrer, mais pas disposer des ces enregistrements.  Est-ce bien légal ? Est-ce bien contractuel tout cela ? Après tout, nous payons ces chaînes privées pour qu'elles achètent les droits de ces  programmes et nous les diffusent.  Est-ce que près de 80 euros par mois pour les deux abonnements, ce n'est plus assez ? Pourquoi ce n'est plus assez ? Parce qu'un an sur deux, je peux bénéficier d'une remise sur mon abonnement de 20 à 30 % ? 

 

Dommages collatéraux

 

Grosse vexation donc. Et pas de solution. Si nous voulons pouvoir revisionner les programmes enregistrés sur certaines chaînes, nous devons les stoker sur le disque dur de notre Freebox. Mais ce disque a ses limites. Et nous, nous avons une vie, un enfant, une famille, et des tonnes de films que nous aimons revoir. Eh bah non ! Faut faire des choix ! Nous avons donc du nous résoudre, larmes aux yeux et gorges serrées, à faire de la place sur le disque dur de la Freebox. Supprimer des films que nous aimons pour pouvoir en enregistrer d'autres. Donc, faire une croix sur certains souvenirs. Nous priver de moments de partage avec les petits cousins qui chillent sur le canapé du salon. Certes, y'a pire. Mais les souvenirs et notre culture cinématographique, on aimerait bien pouvoir continuer de les façonner nous même, librement. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup...

Il ne nous reste que certains films, 30 % à peu près et tous ceux d'avant. Enregistrés et copiés sur sur le PC familial, sa bibliothèque, des disques durs externes, des clés USB. J'espère au moins qu'on ne peut pas me poursuivre pour cela et me filer des amendes ou je ne sais quoi. J'espère qu'au regard de la loi, je ne suis pas en train de frauder, de piller les auteurs, les voler de leurs droits... Et ces droits d'ailleurs ne reviennent-ils pas en partie à ces fameuses chaînes privées ? Celles-là mêmes qui investissent dans le cinéma et sont un peu proprio des films qu'elles nous diffusent.

C'est un peu les limites du rêve. Les portes et possibilités que la technologie et notre pouvoir d'achat nous offrent se referment. On ne fait plus ce qu'on veut. Retour à la réalité. Une réalité, vous l'admettrez, super imposée, de manière sournoise, et très capitaliste. Je ne vais pas revenir sur le formatage de nos esprits et les dangers d'une société régie par les valeurs des  multinationales... ça fait un peu bobo. Et puis, je n'ai ni les compétences, ni les connaissances économiques pour la ramener sur le sujet. Mais, tout de même, je n'aime pas ce que je vis. Et je n'aime pas pas payer pour ça. Nous avons donc résilié notre abonnement Canal Plus ! 

 

Tentative de feinte

 

Face à ces manières qui n'en sont pas, j'ai bien essayé de feinter ! Les services télé FreeboxOS nous proposent de gérer nos enregistrements. Quand on programme, on peut choisir la destination de l'enregistrement. En grande petite maline, je programme l'enregistrement non pas sur le disque dur de la Freebox, mais sur mon disque dur externe portable. Celui que j'ai branché aux port USB de la Freebox. J'suis trop maline, limite fière de moi. Je vérifie au moins cent fois la destination. A l'heure H, bizarrement le disque dur externe ne clignote pas comme à son habitude... Parce que d'habitude, quand ça travaille, ça clignote... mais là non ! Bon, j'attends la fin et je vérifie, avec un gros doute. Un doute qui s'avère justifié puisque malgré ma programmation l'enregistrement est venu s'ajouter à la longue liste de ceux bloqués par les chaînes privées sur le disque dur de ma Freebox. Arrrrgh ! 

Je me suis faite avoir ! Mes appareils domestiques ne répondent plus à mes ordres. Ils sont sous contrôle, et pas le mien.

 

Rebellissime n'a pas dit son dernier mot, nous en aurons le cœur net... Aventure à suivre...

 

                                                                                                                08/02/2016



 

 Mentions Légales

 

rebellissime.com est edité par

Rebellissime SAS (capital : 1 €)

RCS : 820 279 792 

116, rue Diderot 94300 Vincennes

 

  Journaliste, rédactrice  : Virginie Legourd

 

  Directeur de la publication, Responsable Photos :

  Makha Diabira/ Manga remme

 

Rebellissime est hébergé par

Jimdo GmbH

Stresemannstr. 375

22761 Hamburg

Germany 

 Tel.: +49 40 - 8 22 44 997

Fax: +49 40 - 8 22 44 998

 


 

 

 

Rebellissime est un magazine lifestyle féminin et familial mais pas que ! Ouvert  aux débats de société et au vivre ensemble 

Contacter Rebellissime :  

contact@rebellissime.com

rebellissimelacom@gmail.com 

Tél. : 06.12.03.68.49

Numéro CPPAP : 0718W93150

REBELLISSIME EST MEMBRE DU SYNDICAT DE LA PRESSE INDEPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE.



Les personnes souhaitant signaler des contenus ou comportements illicites sur Rebellisime peuvent cliquer sur le lien ci-dessus pour nous envoyer un mail, ou nous appeler au 0612036849 .