Valérie Hirschfield    unijambiste au sommet

« JE NE VOUDRAIS PAS QUE L’ON ME RENDE MA JAMBE ! »

 

Le témoignage de Valérie Hirschfield, unijambiste, sympathique quinqua, souriante à l’accent chantant. Attention, son enthousiasme et son dynamisme sont contagieux ! 

En septembre, Valérie monte  au sommet de la Tour Montparnasse, par les escaliers, elle défile pour la 3ème édition du The all sizes catwalk, le plus grand happening body positif, en mars ce sont les 1665 marches de la Tour Eiffel qu’elle gravit ! Rien ne résiste au mental et au physique de cette varoise, maman de 3 enfants. Rien ne l’arrête surtout pas son handicap qui semble même donner des ailes à cette sportive qui pratique quotidiennement vélo, tennis, marche à pied, course, surf… Une interview qui met une bonne claque aux idées reçues sur le handicap et vous donne un bon coup de booste. 

 


Face au handicap

En 2005, Valérie ressort d’une banale intervention chirurgicale avec un staphylocoque doré qui gangrène sa jambe et met sa vie en péril. Seule l’amputation lui permet d’en finir avec les souffrances et d’entamer une nouvelle vie, sur une jambe. Seulement quelques mois après son opération, elle se sent plus forte que jamais et plus aucun défi ne l’effraie. Avec sa motivation, le soutien de sa famille, Valérie se lance dans l’ascension des plus hautes tours parisiennes. Aucune ne lui résiste et à chaque victoire, Valérie met son enthousiasme au service de bonnes oeuvres. Elle dépasse son handicap qui devient une force. Une force pour les autres, une force également pour prendre la parole et donner de la visibilité à ceux qui en ont le moins. C’est ce qui motive sa participation, avec une centaine de modèles, "des femmes et des hommes de tout horizons, de toute taille, belles et beaux, courageuses et courageux", à l’évènement The All Sizes Catwalk. Georgia Stein, la fondatrice de The All Sizes Catwalk essaie et veut changer les diktats de la mode. Elle dénonce la standardisation de la société et de la beauté. Les modèles se mêlent au public, enlèvent leurs vêtements et défilent en lingerie pour dévoiler tout ce que cachent les médias et la société en général ! Le 15 septembre avait lieu son 3eme défilé sauvage. « Merci à elle de m’avoir permis de défiler au côté de toutes ces personnes. Il n est pas toujours facile de s’assumer... On me parle pas de mes quelques kilos de plus et de trop ces dernières années, et j’espère m’en débarrasser très vite. Même si je m'assume, me montrer en lingerie en plein Paris m’a beaucoup stressée, moi qui  suis plus a l aise en short et débardeur ! Mais, une fois le jour J  arrivé, plus de stress ! Une belle expérience que je renouvellerais sans me poser de question". confie Valérie Hirschfield.

 


Aux sommets 

La Tour Eiffel, depuis 2015, se transforme en parcours ascensionnel. Les 1665 marches de la géante d’acier challengent les participants au  profit de l’association Les Bonnes Fées, fondée par d’anciennes Miss France pour venir en aide aux personnes dans le besoin. En mars dernier, Valérie Hirschfield relève le défi. Elle qui confie ne pas aimer les marches, elle les a bien eues! Et elle remet ça avec la Tour Montparnasse six mois plus tard.  « C’était la 3ème année de La Tower Run organisée par Mr Frédéric Lemos à la Tour Montparnasse.   1000 marches / 60 étages.   L’année dernière c’était une première pour moi. Avec Jean-Laurent, nous avons gravi les marches pour une petite fille, Mathilde, atteinte du cancer. Alors qu’elle n’allait pas bien du tout, cette année, elle a repris l’école, ses cheveux ont repoussé et elle redevient une petite fille comme les autres. Elle est sortie de tout cela beaucoup plus forte ! » Pour Valérie Hirschfield, il y a le défi, le dépassement de soi et du handicap mais surtout il y a des causes. Lorsqu’elle monte les 60 étages de la Tour Montparnasse, cette fois, c’est pour la Fondation Gustave Roussy qui oeuvre pour la recherche en matière de cancers pédiatriques. Et non seulement elle atteint une fois le sommet, mais en plus elle recommence la montée une seconde fois ! Même une fois, avec deux jambes, ce n’est pas évident, alors avec une seule et une prothèse… Respect ! 

« Cette année, j’ai même organisé une cagnotte, toujours active d’ailleurs, si vous voulez faire un don. Mon but était de faire une 1ère montée des 1000 marches, et pour la 2è, récolter minimum 1000 euros pour la fondation (1 euros par marche). Je souhaite remercier toute les personnes qui on fait un don, et je n’oublie pas Auguste Escoffier»

Valérie a mis 38 minutes et 38 seconde pour la première montée et 47 minutes pour la seconde. Sa motivation ? « Lorsqu’on arrive aux pieds de la Tour Montparnasse et qu’on regarde en l’air, on y voit la photo de Noé, ce petit garçon, parti trop tôt… C’est ce qui m’a donné la force de monter 2 fois. On a pas le droit de se plaindre quand on voit  le petit Noé et quand on entend parler de tous ces enfants touchés par la maladie. Merci Noé de m avoir motivée, de m avoir permis de monter encore plus haut ! 2 médailles, 2 montées des marches, 2 béquilles et une jambe ! Mes médailles sont pour toi Noé. Je reviendrai l’année prochaine et tant que je le pourrai ! »

Respect ! 

 

Valérie Hirschfield, une femme handicapée, à suivre, avec ou sans béquille, si vous le pouvez ! ) 

 

Valérie Hirschfield et Virginie Legourd

le 23 janvier 2020