LES BIENFAITS DU QI GONG

Qi Gong, que l’on appelle aussi parfois Qigong en un mot, Chi Gong, ou encore Chi Kung. Quelles sont les origines, quelle est l'histoire cette discipline dont les racines remontent très loin dans le temps ? Comment la pratiquer et pour quels bienfaits ? 

 

Lorsque l’on parle de Chine, en fonction de ce qui fait ou a fait notre culture jusqu’alors, en fonction aussi de notre inclination religieuse, politique ou même sociale, on peut associer à ce pays différentes couleurs, diverses formes, ainsi que de multiples odeurs… Du mythique dragon  dont le souffle sent le soufre, tapi dans les escarpements de la montagne ou lové dans les lits des torrents et des rivières, aux fantastiques pagodes à l’architecture surréaliste qui fascinent tant les occidentaux par leurs apparences si singulières et propres à chacune, en passant par les rizières en terrasses qui dessinent ces fabuleux paysages dont on ne se lasse pas avec le temps, ou encore les incroyables bambouseraies qui s’élancent à l’assaut des cieux avec une densité de cohorte de lanciers serrée au près… La Chine est une terre riche de mille et un trésors, et ce présent article va nous permettre de justement poser le doigt sur l’un d’entre-eux, pas forcément parmi les plus connus ou spectaculaires, mais qui, c’est un fait indéniable, remporte au fil des décennies un succès grandissant, auprès d’un public toujours plus large d’adeptes occidentaux ; il s’agit du Qi Gong

Aux origines de la discipline…

On a souvent tendance à assimiler le Chi Kung au Tai Chi Chuan, et faire de ses deux disciplines des frères jumeaux dont les racines se situeraient dans les mêmes strates de la chronologie des hommes, c’est cependant une grossière erreur que seuls les occidentaux mal informés font, car si le Tai Chi Chuan remonte au 12ème ou 13ème siècle et a connu un essor certain selon des perspectives combattantes et de défense, le Qi Gong quant à lui, prend sa source dans un bouillon de culture bien plus ancien.

Les grands maîtres et les experts les plus pointus de cette discipline multi millénaire évaluent sa naissance il y a approximativement 5000 ans, et sa raison d’être, ses fondements, non pas structuré autour du ou sur le combat ou la défense, mais bel et bien sur une base de médecine traditionnelle chinoise. A l’époque, d’ailleurs, notez que la pratique s’appelait le Dao Yin, qui signifie littéralement « montrer la voie » ou encore « guider », « conduire », et le fait qu’elle soit restée très longtemps une discipline plutôt marginale est dû à ce qu’elle était uniquement réservée aux moines Taoïstes, aux médecins ainsi qu’aux érudits. 

Ce n’est que très récemment que les cours de Chi Kung ont rencontré cet engouement populaire mondial, et que ce nom désormais parfaitement commun et connu par de très nombreux contemporains (qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement des pratiquants) est entré dans le vocabulaire du quotidien. On estime que ce sont les années 50 qui ont véritablement lancé cette popularisation à grande échelle et la démocratisation tant de la pratique que du nom lui-même donné à cette dernière Pour ce qui est de l’Europe, par contre, il faudra attendre un petit peu davantage car ce sont les 80’s qui verront l’avènement de la discipline et son entrée dans les vies de toutes les couches de la société, par le biais des grands médias notamment et de certains courant de modes et de pensées.

 

Voyons à présent en quoi consiste le Qi Gong, sans trop entrer dans le détail, en restant sur des préceptes généraux afin de demeurer simple et intelligible pour le plus grand nombre, y compris les publics qui se situent loin des cercles de pratique, que ce soit d’un point de vue purement concret, ou de manière plus spirituelle. Pour le dire en quelques mots relativement simples, le Chi Kung est une discipline qui vise à mettre en harmonie les 3 piliers fondamentaux de l’être, à savoir le corps, la respiration et l’esprit (que l’on assimile parfois à la conscience, surtout en occident). Le nom même de Qi Gong renvoie à 2 idéogrammes chinois se découpant de la sorte : « Qi », qui se prononce « Chi » et qui se traduit par le « Souffle » ou l’ « Énergie », et « Gong », souvent prononcé « Kong » (rien à voir avec le roi des singes par contre…), qui renvoie au « moyen », au « travail », au « but » ou encore à la « maîtrise ». 

Le Qi Gong est utilisé afin de tendre vers un épanouissement individuel au crible d’un entretien tant du corps (de la santé physique) que de l’esprit et de l’émotionnel (la santé mentale ou psychique), en mettant un point d’honneur à tisser une passerelle aussi solide que stable et pérenne entre ces deux facettes indissociables, bien qu’en des champs distincts, de notre être. L’accessit absolu de la discipline réside en l’idée même de parvenir à fonder ce subtil équilibre entre la spiritualité et la santé, une voie de sagesse de cœur et de mental.

Par le biais de divers moyens parmi lesquels la marche, les sons, les visualisations, les méditations, les postures, les respirations et bien entendu les mouvements du corps, le Qi Gong aspire à vous détendre, à vous aider à trouver le calme, la paix intérieure pour un équilibre psychique digne de ce nom ; il aide à l’entretien de la santé bien sûr, le tout en fortifiant chacune des fonctions de votre organisme.

Au crible d’une pratique répétée et soutenue, le Chi Kung permet effectivement, la médecine moderne l’atteste d’ailleurs, de diminuer les tensions nerveuses, d’avoir une meilleure concentration et une plus grande confiance en soi, d’améliorer la qualité de son sommeil, de booster sa vitalité d’une manière générale, et de renforcer tous les tissus osseux, musculaires et tendineux, rien que ça !!! En outre, des études ont également démontré de manière indiscutable et très significative, que le Qi Gong avait aussi la faculté d’augmenter les défenses immunitaires de l’organisme. A bon entendeur...


Venons-en à la pratique…

Nous l’avons donc expliqué, le Qigong va servir à mieux faire circuler l’énergie dans votre corps et même d’en renforcer l’action pour obtenir de réels gains en la matière, et c’est scientifiquement prouvé ! 

Donner un coup de pouce à votre corps, le rendre plus souple, tout en assainissant votre psyché, voilà ce vers quoi vous tendrez alors que vous entamerez votre itinéraire propre dans ce territoire nouveau que cette vaste discipline millénaire. Le Qi Gong ne se cantonne pas à utiliser seulement des postures fixes, pour mettre l’accent sur la concentration par exemple, il va au-delà en instillant aussi tout un contenu de gestuelles dynamiques qui vont vous permettre de travailler sur la souplesse des articulations, ou encore sur la respiration. Par ailleurs, il est absolument indispensable et crucial de le souligner de manière absolument catégorique, à aucun moment la pratique de la discipline ne peut ou ne doit revêtir les atours d’une quelconque quête de la performance, cela va en opposition directe avec l’essence même de ce que doit être la progression individuelle de soi, considérée sous le spectre de sa propre condition, de son propre âge et de tous les facteurs qui font de nous l’individu que nous sommes et qui nous différencient de n’importe quel autre individu.

Cette forme de « gymnastique » à pratiquer au quotidien, lorsqu’elle est bien réalisée, en accord avec soi-même et certains préceptes codifiés que nous verrons plus tard, aura pour résultat d’activer des mécanismes subtils d’auto-guérison du corps ET de l’âme. La séance de Chi Kung se pratique le plus souvent sur un tapis, au sol, en groupe ou seul, en fonction de vos préférences, et nous recommandons très fortement d’acquérir les bases auprès d’un professeur certifié et si possible un tant soit peu expérimenté. Il faut savoir qu’il existe plusieurs écoles et un grand nombre de méthodes, que vous pourrez prendre le temps de découvrir en allant voir sur Internet ou en visitant directement des endroits qui les mettent en application. En fonction de là où ira votre préférence, sachez que si l’esprit global du Chi Kung est conservé dans chacun de ces manières d’aborder la discipline, il n’en demeure pas moins que les différences peuvent être notables et très sensibles, en matière de répartitions des exercices dynamiques, des visualisations et ce genre de choses. Le mieux est donc effectivement de faire un petit tour d’horizon afin de vous projeter vers la manière d’aborder l’activité qui correspondrait au mieux à ce que vous recherchez et à ce que vous considérez comme devoir travailler de manière individuelle. Concentration pure, visualisation, méditation, que ce soit dans le silence ou à l’aide de chants ou de sons, auto massages, posture statiques, postures dynamiques...autant de manières d’aborder la pratique et autant de façons de voir vers quoi ou sur quoi vous souhaitez ou avez intérêt à mettre l’accent !


Voici à présent une déclinaison de plusieurs façons de voir ou d’appréhender le Qigong, plusieurs techniques, plusieurs pratiques, qui, soulignons-le n’ont ABSOLUMENT PAS vocation de vous donner une idée complète de ce que peut-être la pratique pour vous, pour votare compagnon, ou pour votre enfant, car ce serait très prétentieux de notre part, et complètement illusoire ou mensonger… Elles sont simplement là, et choisies plus ou moins de manière aléatoire parmi tant d’autres, pour vous montrer comme le Qi Gong peut s’avérer protéiforme, mais ne vous y trompez pas, il existe des dizaines, des centaines, des milliers peut-être même de méthodes pouvant être enseignées et qui fournissent des résultats vraiment incroyables.


- Le Qi Gong des yeux

Selon les préceptes chinois, les yeux sont reliés au foie, la méthode consiste donc, via des auto-massages, des mouvements d’ouverture et des techniques de visualisation, de prendre soin tant de nos inestimables yeux que de notre foie, cet organe si important et souvent malmené et sous-estimé.

- Le Qi Gong de l’ouverture et de l’étirement

Ceci est une méthode curative et méditative, avec laquelle l’accent est mis sur les étirements du corps pour fluidifier la circulation de l’énergie en son sein, via des postures statiques et d’autres plus dynamiques, selon la méthode de l’école Emei.

- Le Qi Gong dit des 20 mouvements

On doit cette méthode au célèbre Maître KE Wen, qui l’a mise sur pied afin d’éveiller toutes les parties du corps, ainsi que les 5 sens de l’énergie, qui sont : réunir, descendre, monter, fermer et ouvrir. C’est une méthode très complète et qui remporte un très franc succès auprès de nombreux néophytes, mais pas seulement.

- La méthode Dao Yin Yang Sheng Gong

Cette méthode s’appuie très spécifiquement sur des mouvements traditionnels du Dao Yin (qui est l’ancêtre de Qi Kung, comme nous l’avons précisé plus tôt dans ce texte), qui s’articulent autour de plusieurs enchaînements bien spécifiques et compartimentés. L’accent est tout spécialement mis sur la souplesse du bassin ainsi que des poignets et des chevilles, sur l’enracinement au sol par la force des jambes et sur les articulations afin de faire circuler l’énergie plus vite et plus librement.

- La méthode Nei Yan Gong – pour nourrir l’intérieur

Cette méthode se divise en deux méthodes dites dynamiques, des auto massages et une dernière partie statique. La 1ère méthode est appelée « Méthode pour renforcer et transformer les tendons et les muscles pour faire circuler l’énergie » (2 séries de 6 mouvements à respirations différentes) et la 2nde s’intitule « Méthode pour faire circuler l’énergie et favoriser la longévité » (2 séries de 6 mouvements elle aussi). Elle remporte aussi un vrai succès auprès d’un très large public.

- La méthode Hui Chun Gong

L’idéogramme « Hui » signifie « retourner », tandis que « Chun » désigne « le Printemps » (nous avons déjà vu le termes « Gong » plus haut dans le contenu, veuillez vous-y référer), cette méthode est donc celle qui permet de « retourner au printemps » ; elle est clairement d’inspiration taoïste et elle est demeurée très secrète jusque dans les années 80. Elle repose sur des mouvements très fins, très doux puis arrondis, toujours afin de mieux faire circuler l’énergie au creux du réseau que forme notre corps et notre âme.

- La méthode dites du Qi Gong de la santé

Cette méthode en regroupe de très nombreuses qui sont enseignées dans de très nombreux pays. Elles font partie des méthodes les plus usitées et comptent d’innombrables variantes de par le monde, parmi lesquelles le Qui Gong des 6 sons, le Yi Jin Jing et ses 6 sons, le Mawang Dui, le Qi Gong des 5 animaux, ou encore Le Ba Duan Jin ou la Grande Danse Dawu…

- Les arts énergétique dits de Wudang

Cette méthode est axée autour de l’harmonie entre la beauté du corps énergétique et la puissance dite martiale des mouvements esquissés ; c’est une quête d’équilibre entre les deux, à nouveau. Cet enseignement provient de la montagne Wudang, dont on peut dire que c’est un haut lieu du taoïsme et des arts martiaux internes.

Vous l’aurez compris à la découverte de cet article, lorsque l’on parle de Qi Gong, il est impensable d’envisager en faire le tour de manière exhaustive, y compris si vous deviez y consacrer une vie entière, vous n’y parviendriez sans doute pas. C’est une pratique dont on peut dire en synthèse, qu’elle est intimement liée à la vie et à la nature, en accord avec les énergies primales et primordiales qui parcourent non seulement notre corps et notre esprit, mais qui tissent également ce tissu de la réalité que nous appelons notre monde : notre Terre et notre Ciel. La pratique en elle-même peut être la source d’un véritable bien être physique, mais il serait réducteur de ne pas également souligner les bienfaits spirituels que le Qigong apporte à celle ou à celui qui se prend d’amour pour cette philosophie du bien-être.

Nous vous invitons à effectuer votre propre recherche, il est inévitable qu’autour de chez vous, vous puissiez trouver une ou plusieurs structures qui proposent des cours ou bien ne serait-ce que des initiations. Cela ne coûte rien que d’aller voir et de prendre la température qu’en dites-vous ? Car encore une fois, nous l’avons déjà souligné certes, mais nous tenons à y revenir afin de conclure ce contenu, nous pensons que la meilleure approche possible de cette discipline ne peut que difficilement se faire l’économie de quelques cours pratiques en réel, et d’un enseignement pris auprès d’un véritable maître en la matière. Cela nous semble primordial, ne serait-ce que pour la précision de certaines postures par exemple, mais aussi pour acquérir les bases de ce que doit être la philosophie de la pratique, en amont de toute séance...

 

Romain Pillard

              Le 23 février 2021