Famille et Jeux Vidéos

Ce qu'en dit Marcel Rufo

Le professeur Marcel Rufo est pédopsychiatre, spécialiste de l’adolescence. Il a crée à Marseille le 1er service hospitalier pour les adolescents, associant soins médicaux et "culturels". Beaucoup on suivi Allô Rufo tous les matins à 10h sur France 5 aux côtés de Eglantine Eméyé. 

Il répond cette fois à mes questions .

Comment faire pour intégrer sainement et intelligemment consoles et jeux vidéos  dans le quotidien des jeunes?

"Ce qui est fondamental pour les parents, c’est de jouer avec ! Inutile de vouloir ignorer que l’ordinateur et son écran ont envahi notre quotidien ! On ne peut pas, à l’époque de l’image négliger cet aspect particulièrement intéressant des consoles et jeux vidéos. Il faut donc s’intégrer soi-même en tant que famille au sein de ces jeux".

Quand faut-il s'inquiéter ? 

"Cela ne devient négatif que lorsqu’apparaît un comportement d’addiction. Mais attention ! Ce ne sont pas les jeux qui créent ce tempérament, ils ne font que le révéler. Ils mettent en scène une vulnérabilité. Les adolescents fragiles sont plus accrochés à ces trucs. Ce sont des gosses dont l’addiction aux jeux vidéo marquent une pathologie sous-jacente, par exemple un trouble grave de la personnalité peut être révélé par un enfermement complet dans un jeu. Parfois l’ordinateur devient leur vie parce qu’ils n’ont pas de vie en dehors".

Quels sont les bons côtés des jeux vidéos ? 

"On ne peut pas nier l’intérêt éducatif des jeux vidéos. C’est plutôt positif. Chez les plus jeunes, certaines activités favorisent les progrès en latéralité et en spatialité. C'est aussi un phénomène de société, à l'échelle mondiale, alors autant que les petits Français ne soient pas en reste".

Jeux vidéos et activité physique sont-ils incompatibles ?

"Activité physique et d’ailleurs activité tout court ne sont pas forcément contradictoires avec jeux vidéos. Votre adolescent a le droit d’être un intellectuel et par forcément le future Zizou ! je ne crois pas que la santé et le foot soient obligatoirement liés !

Faut-il bannir les jeux vidéos violents ? 

"Les jeux vidéos ne sont pas plus violents que certains livres ou films. Noces barbares de Keffelec, il n’y a rien de plus violent et pourtant c’est un grand livre !"

Jouer en réseau, est-ce plus dangereux ? 

"Bon nombre d’adolescents sont de grands utilisateurs de jeux en ligne à joueurs multiples Il s'agit de jeux de rôles, en temps réel, dans lesquels les joueurs prennent de nouvelles identités et entrent dans une réalité alternative. Ces jeux ne représentent pas plus de dangers que les autres, toujours à la condition de négocier et de se souvenir de votre adolescence. Effectivement, comme quand j’étais enfant et que les films de cow-boy nous lançaient souvent dans des chevauchées imaginaires, les jeunes d’aujourd’hui sont aussi le fait du marketing qui les entoure. On est de son époque comme on est de ses jeux".

Faut-il les priver de jeux pour les punir, leur en acheter pour les récompenser ?

"Jamais, c’est une attitude quasiment fasciste ! On ne prive jamais, on ne punit jamais et on ne récompense jamais. On négocie toujours. Si vous créez une sanction sur les jeux vidéos, vous créez Capone à la maison. Négocier c’est dire "Tu joues trop, montre–moi à quoi tu joues, essaie de lire un peu avec moi, si on allait au théâtre, au cinéma, au rugby, voir dans le jardin si les fleurs ont poussé". C’est la vie contre le virtuel !"

Les enfants d'aujourd'hui sont-ils plus précoces ? 

"Pas tant que cela, en fait ce sont les parents qui ont fait des progrès et c’est grâce à cela que leurs enfants ont fait des progrès. Avant, les parents croyaient qu’ils éduquaient maintenant, ils cherchent à les comprendre. Regardez les nouveaux pères, c’est une merveille ! Vive eux !"

A quoi ressemble le jeu vidéo idéal ?

"C’est celui qu’ils abandonnent, qu’ils oublient chez un copain ! "(rires)

 

Marcel Rufo et Virginie Legourd.

 

                                                                                                                   08/02/2016



 

 Mentions Légales

 

rebellissime.com est edité par

Rebellissime SAS (capital : 1 €)

RCS : 820 279 792 

116, rue Diderot 94300 Vincennes

 

  Journaliste, rédactrice  : Virginie Legourd

 

  Directeur de la publication, Responsable Photos :

  Makha Diabira/ Manga remme

 

Rebellissime est hébergé par

Jimdo GmbH

Stresemannstr. 375

22761 Hamburg

Germany 

 Tel.: +49 40 - 8 22 44 997

Fax: +49 40 - 8 22 44 998

 


 

 

 

Rebellissime est un magazine revu et corrigé juste ce qu'il faut pour être interculturel, s'ouvrir aux débats, et à de multiples visions du monde...

Contacter Rebellissime :  

contact@rebellissime.com

rebellissimelacom@gmail.com 

Tél. : 06.12.03.68.49

Numéro CPPAP : 0718W93150

REBELLISSIME EST MEMBRE DU SYNDICAT DE LA PRESSE INDEPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE.