Djibril Cissé, Hans Sama...G Shock, Never Give up!

G Shock avec Djibril Cissé et Hans Sama

Non, Rebellissime ne devient pas bilingue… on est déjà multiculturel ! Never give up, ne jamais abandonner, telle est la devise de la marque G Shock. Djibril Cissé et Hans Sama en sont les deux nouveaux ambassadeurs. Rencontre Rebellissime. 

Le 17 novembre dernier, dans sa boutique parisienne, la marque de kikuo Ibe, lance la campagne de ses deux nouveaux ambassadeurs. Comme beaucoup de ses confrères, Rebellissime y était. Rendez-vous pris avec Djibril Cissé qui ne fait pas qu’ambassadeur… mais aussi DJ et Maître Yoga en répondant patiemment aux mêmes questions de tous les journalistes. Sympa ! D’autant que Rebellissime est venu en famille, avec notre graine de journaliste.  Notre fils, 11 ans, footballeur a eu la chance de rencontrer un grand footballeur. Y’a pire pour une première interview ! Mais revenons-en à nos montres… indestructibles et ses ambassadeurs. Hans Sama (Steven « Hans Sama » Liv), quant à lui, à seulement 17 ans, est un jeune prodige d’E-sport. Il fait en effet, partie des meilleurs joueurs du jeu League of Legends. De quoi toucher et parler à toutes les générations, non ?


Pourquoi indestructible…

Parce que c’est mieux. Imaginez, début des années 80, Kikuo Ibe est alors ingénieur au service Recherche et Développement de Casio à Tokyo et bim ! il fait tomber la montre que son père lui a offert. Elle se brise. L’histoire ne dit pas si cette montre était une Casio… Mais suite à cette douloureuse mésaventure, l’ingénieur décide de créer une montre indestructible, « triple 10 ». C’est-à-dire qui puisse résister à une chute de 10 mètres, une pression de 10 bars et posséder une pile avec une durée de vie de 10 ans. L’histoire ne dit pas non plus pourquoi tant de 10. Mais « que des numéros 10 dans ma team », c’est Booba qui le dit. En revanche, ça colle moins mais presque avec le numéro du maillot de Djibril Cissé : 9. Mais revenons-en à nos montres indestructibles. Pour test, Kikuo Ibe jette les montres du haut de l’immeuble Recherche et Développement de Casio. L’histoire ne dit pas si c’est du 10è étage ! Mais 200 modèles vont se casser la gueule, sans que jamais l’ingénieur et son équipe ne baissent les bras. Never give up ! Jusqu’au jour où, c’est la révélation… En regardant jouer des enfants, Kikuo Ibe réalise qu’aucun impact ne peut atteindre l’intérieur de leur ballon. Il construit donc une montre avec une structure flottante résistante. Il suffisait de croiser le chemin d’un ballon, comme Djibril… La montre passe le test de la chute sans problème et en 1983, la première montre G-Shock voit le jour. Avec elle, un état d’esprit, une philosophie Never give up, une culture : la street-culture, des univers : les sports extrêmes, le street-art, la mode, la musique. Et toujours, ce système de fabrication : indestructible.

HANS SAMA


Pourquoi des ambassadeurs ? 

Bah, oui, pourquoi pas de jolies jeunes filles dénudées, comme d’hab’ ? Parce que ce n’est pas dans les habitudes de la marque. Et bim !, prends ça, la journaliste pseudo-rebello-féministe !  G-Shock fait appel à deux fortes personnalités issues du monde sportif capables d’incarner la philosophie Never give up. Le footballeur Djibril Cissé et le joueur E-Sport Hans Sama ont tout naturellement accepté. « Tout simplement, parce que comme beaucoup de gens de ma génération, j’étais fan de Casio à l’époque de la montre calculatrice ! J’ai eu au moins une vingtaine de G-Shock, donc quand ils m’ont approché, j’ai été touché. Agréablement surpris » explique Djibril Cissé. Quant à Hans, « En voyant l'intérêt des équipes de Casio, je n'ai pas hésité longtemps. Pour moi représenter une montre aussi emblématique que la G-Shock est un réel plaisir et même un honneur, surtout aux côtés de quelqu'un comme Djibril Cissé :) » nous répond-il. Les garçons semblent aussi honorés que surpris. Mais pourquoi surpris. « Parce que c’est la première fois qu’ils font appel à un sportif. C’est toujours bien d’être le premier. Parce qu’être égérie d’une marque que j’ai toujours adorée est une vraie fierté. C’est pour toutes ces raisons que je suis très fier d’être là aujourd’hui » clarifie l’un des footballeurs les plus doués de sa génération. Au regard de son palmarès, on peut se demander qui doit vraiment être le plus fier ! 9 buts et 41 sélections en Equipe de France, une ligue des Champions, une Supercoupe d’Europe, une Coupe de France en Club et encore, j’en passe… Hans Sama du haut de ses 17 ans, est déjà une légende. Alors qu’il n’a que 14 ans et après de très nombreuses victoires, il parvient à atteindre le palier Challenger. C’est un véritable exploit puisque ce niveau n’avait jamais été atteint par quelqu’un de son âge. Après avoir intégré des équipes françaises, il signe dans la prestigieuse team « Misfits », une des meilleurs en Europe. Les deux nouveaux ambassadeurs poursuivent en toute logique les collaborations étonnantes entre G-Shock et des artistes de renom venant de toutes disciplines : le chanteur de hip-hop Eminem, le graphiste New-Yorkais Eric Haze ou encore la marque de streetwear Stussy permettent à la montre G-Shock d’être à la fois belle, fonctionnelle, tendance et populaire. Les deux spots des deux nouveaux ambassadeurs reprennent tous ces codes si chers aux street générations. Le son est bon, mais avec Djibril, on n'en attendait pas moins. On aime aussi beaucoup les petits tableaux qui mettent en scène les parcours des deux ambassadeurs. Façon BD, "un peu comme Foot2Rue" remarque Gaye. Des montres Rebellissime, véritables références de la culture urbaine  !!!

 

 

Pourquoi ne jamais abandonner ? 

Pour ne plus jamais que la montre que votre papa vous offre ne se casse, même si elle tombe de très haut, très fort, même si elle subit une pression lors de vos plongées, et même si vous êtes du genre à oublier de changer ses piles. Hans Sama s’entraîne près de six heures par jour et joue des compétitions devant des centaines de milliers de spectateurs connectés. Très ambitieux, il souhaite relever de nombreux défis : participer aux championnats du monde et devenir le meilleur joueur possible. Avec son niveau de jeu exceptionnel, il possède tous les ingrédients pour y parvenir. Tout en prenant très à cœur son rôle d’ambassadeur. « On voit de plus en plus de e-gamer (ou plutôt eSportifs d'ailleurs^^) dans les médias traditionnels, la donne est en train de changer petit à petit dans la tête des gens. En tant qu'ambassadeur je pense que je vais d'abord essayer de représenter les joueurs et les jeux vidéos au mieux. Mais aussi le sport il me semble, puisque certes je ne suis pas un sportif traditionnel mais mon train de vie s'y rapproche tout de même beaucoup, tout comme l'approche que j'ai de la compétition. Donc je dirais que je vais faire de mon mieux pour représenter les 3 :) ». Si l’on comprend bien, Hans n’est pas prêt d’abandonner ! « Devenir le meilleur, dans mon domaine, qu’est l’E-sport. J’ai encore du chemin à parcourir avant de devenir champion du monde. Mais la passion, la concentration et la détermination me guident et me permettent de ne jamais abandonner. A l’image de la marque et de son fondateur KiKuo Ibe ». affirme Hans Sama.  Quant à Djibril, son incroyable volonté n’est pas une légende. En 2004, alors qu’il vient d’intégrer le club de Liverpool, il est victime d’une double fracture tibia-péroné. Déterminé, Djibril Cissé travaille dur et revient sur les terrains en 2005 avec réussite puisqu’il participe à la victoire de son équipe en Ligue des Champions. En 2006, alors qu’il s’apprête à participer avec l’équipe de France à la Coupe du Monde, il est de nouveau victime d’une fracture du tibia-péroné la veille du départ pour la compétition. Djibril Cissé parvient à revenir au plus haut niveau ce qui lui permet de participer à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. En 2015, il décide de stopper sa carrière. Mais le terrain lui manque et après une nouvelle opération, Djibril Cissé est de retour à l’entrainement pour préparer son retour prévu pour le début de l’année 2017. Never give up ! « Je me suis toujours donné les moyens pour atteindre mes objectifs, malgré tous les obstacles que j’ai pu rencontrer dans ma carrière. Je n’ai jamais renoncé quelles que soient les circonstances pour toujours revenir. Never Give up résume parfaitement ma philosophie » explique avec sincérité  Djibril Cissé. 

Pourquoi les montres G Shock ? 

Pour Djibril Cissé « Le temps c’est précieux ! Dans la vie, on n’a pas de temps à perdre. La moindre minute que je peux passer avec mes enfants et ma famille est précieuse. C’est très important d’avoir conscience de cela, du temps, de la vie. Les montres nous le rappellent ! » et c’est un peu la même pour Hans Sama. « Oh !, ma montre me permet de garder un petit contact avec la réalité ;) Quand je m'entraine ou que je dessine, j'ai tendance à tout oublier, notamment le temps. J'essaye donc de jeter un coup d'œil sur ma montre assez souvent, sinon je passerai des jours devant mon PC et mes feuilles ». On comprend toute l’utilité d’une montre, même si Djibril avoue en avoir un peu plus qu’il ne peut en porter. « J’ai une belle collection de montres. Peu importe qu’elles soient de grande valeur ou non, du moment qu’elles me plaisent. J’ai des montres de valeur, comme une Rolex, mais j’ai aussi des montres de tous les jours, beaucoup de G-Shock ! Le paradoxe, c’est que j’en ai beaucoup mais que je ne peux pas en porter tout le temps ! Il faut penser à l’enlever avant l’entraînement, la remettre après, l’enlever et la remettre pour la douche. Du coup, je n’en porte pas souvent, alors que j’adore les montres. Du coup, je porte des montres quand je sors, pour certaines occasions… Mais pas si souvent que cela finalement ! ». Pour ces sportifs exigeants, comme pour les ouvriers et militaires américains auprès desquels les montres G-Shock ont connu leur premier succès, être à l’heure c’est pouvoir porter une montre à la fois résistante et design. Le grand public est lui aussi conquis depuis les années 90. Avec la naissance des X-Games, la montée des sports extrêmes et l’apparition de la Street-culture, la montre ultrarésistante réussit à trouver sa place sur les poignets du monde entier. Technologiques et design, les quatre montres présentées dans les spots par les deux nouveaux ambassadeurs illustrent parfaitement l’alliance de la technologie, du style et de l’originalité. 

Pourquoi toujours croire en ses rêves ? 

Pour répondre à cette question, c’est au micro de Gaye 11 ans, que Djibril se livre. « A ton âge, 11 ans, devenir un grand footballeur, oui, tu peux y penser, en rêver ! J’avais 11 ans quand je suis entré en pré-formation à Nîmes. Internat la semaine, et retour à la maison le week-end. C’est là où tout a commencé ! Evidemment, on ne devient pas professionnel à 12 ans, à moins d’être un phénomène ! Je te le souhaite, mais… Quoi qu’il en soit, c’est là que l’on commence à apprendre le métier et où l’on découvre le monde du foot ». Tout remonte à l’enfance comme dirait Kaysha dans ses paroles de sage. « A ton âge, je jouais déjà avant-centre. Devant ! J’ai toujours joué devant ! J’ai toujours aimé marquer des buts, être décisif, faire la différence ». Quand les rêves d’enfants se réalisent, on sent une petite larme d’émotion pointer au coin des yeux… 

 

La question Rebellissime : Qui est votre rebelle préféré ?  

Djibril Cissé : « Mohamed Ali ! J’ai appelé mon fils Cassius en son hommage. C’est un rebelle dans le bon sens. Ce n’était pas quelqu’un qui se rebellait pour se rebeller mais une personne qui avait ses idées, qui s’y tenait, n’y dérogeait pas, les défendait toujours dans le respect et dans la bienveillance ».

Hans Sama : « Je dirais Éric Cantona car il a toujours été anti-système, une forte personnalité qui refuse de faire des concessions, de faire comme tous les autres joueurs.  Et aussi parce qu'il met des coups de pied dans la tête des gens qui insultent sa mère :) »

 

Hans Sama, Djibril Cissé, Gaye Diabira et Virginie Legourd

 

                                                                                                                                          Le 22 novembre 2016                      



 

 Mentions Légales

 

rebellissime.com est edité par

Rebellissime SAS (capital : 1 €)

RCS : 820 279 792 

116, rue Diderot 94300 Vincennes

 

  Journaliste, rédactrice  : Virginie Legourd

 

  Directeur de la publication, Responsable Photos :

  Makha Diabira/ Manga remme

 

Rebellissime est hébergé par

Jimdo GmbH

Stresemannstr. 375

22761 Hamburg

Germany 

 Tel.: +49 40 - 8 22 44 997

Fax: +49 40 - 8 22 44 998

 


 

 

 

Rebellissime est un magazine revu et corrigé juste ce qu'il faut pour être interculturel, s'ouvrir aux débats, et à de multiples visions du monde...

Contacter Rebellissime :  

contact@rebellissime.com

rebellissimelacom@gmail.com 

Tél. : 06.12.03.68.49

Numéro CPPAP : 0718W93150

REBELLISSIME EST MEMBRE DU SYNDICAT DE LA PRESSE INDEPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE.