Les vrais plans du Plan Numérique national

Alors que certains en sont à entamer une cure de désintoxe d’écran, la question de l’équité dans l’équipement informatique se pose, ici, en France… 

Tous les enfants ne sont pas scotchés à leur tablette, tous n’en ont pas d’ailleurs. Tout le monde n’a pas Internet ni d’ordinateur à la maison, non plus. Et pourtant, dans la vie quotidienne, ne pas pouvoir ou ne pas savoir envoyer un mail, faire une recherche Internet, télécharger et utiliser une application devient vite un handicap. Mobiles, tablettes, ordis, voient leur prix baisser certes, mais restent pour certains foyers inaccessibles alors que chez d’autres chacun en possède un ou plus. Le gouvernement, mais aussi des entreprises, telles que Kizoa qui prend la parole sur le sujet, font des efforts et financent des programmes d’aides. C’est bien, c’est bien de le savoir aussi ! 

De vrais besoins 

Selon une étude du gouvernement (http://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html), tous financeurs confondus, l’effort de la collectivité nationale pour les activités d’éducation a été estimé, en 2014, à 146 milliards d’euros. Il représente 6,8 % du PIB alors qu’il s’élevait à plus de 7,3% au début des années 2000. Il est donc légitime de se demander qui va assumer le coût de l’équipement de nos établissements scolaires en outils informatiques. Depuis près de 20 ans, la structure de la dépense intérieure d’éducation a fortement été modifiée. La part totale prise en charge par l’Etat a diminué au détriment des efforts demandés aux collectivités territoriales. Pourtant, il est évident que l’effort des collectivités ne peut couvrir seul cette augmentation des dépenses et permettre une meilleure intégration technologique. Équiper nos élèves est très coûteux pour nos collectivités et la France connaît un retard significatif au niveau européen. Selon le portrait européen du numérique dans le système éducatif publié par la DEPP (Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance) en avril 2014, le nombre d’ordinateurs, rapporté à celui des élèves, augmente dans les établissements d’enseignement européens. A l’école primaire, la moyenne reste encore faible en France en comparaison au reste de l’UE : en 2012, on comptait seulement 12 ordinateurs pour 100 élèves contre plus de 30 en Norvège ou au Danemark. A l’échelle mondiale, l’écart est encore plus frappant, puisque selon un rapport de mars 2016 réalisé par l’Institut Montaigne, moins de 0,5% des dépenses faites en faveur d'un élève français sont dédiées au numérique, soit six fois moins que la moyenne mondiale. Cependant, ce retard s’estompe au collège et au lycée, ce qui marque une prise de conscience de l’importance du numérique dans le système éducatif. 

Des ordis et des outils  

Les établissements scolaires s’équipent progressivement. En ce début d’année scolaire 2016-2017, le Plan numérique pour l’Education lancé par le président de la République en 2015 est aujourd’hui déployé dans 1668 collèges et 1817 écoles, preuve de la place prépondérante que le numérique est appelé à occuper dans les programmes scolaires. Équiper les élèves et les enseignants d’ordinateurs et autres équipements numériques est une première étape, mais encore faut-il qu’ils aient à leur disposition des ressources à utiliser dessus. 

De nombreuses sociétés technologiques ont déjà pris conscience de la nécessité d’agir pour faire entrer l’éducation dans l’ère du numérique. Ainsi, dès 2013, Microsoft proposait aux étudiants de bénéficier de la suite Office gratuitement. Des outils de bureautiques très utiles pour la rédaction des projets éducatifs avec des outils de traitement de texte ou de calcul. Jusqu’à présent, aucun service ne proposait gratuitement aux élèves et membres de l’équipe pédagogique des outils utiles au développement de l’esprit créatif. C’est pour répondre à ce besoin que le programme « Kizoa pour l’éducation » a vu le jour. Une solution gratuite pour qu’ils puissent réaliser des présentations, des créations et montages de film ou des collages. « Depuis que j’ai quitté l’université, il y a une vingtaine d’années, le système scolaire a changé. Il est devenu de plus en plus coûteux et logiquement de moins en moins accessible. A titre personnel, je pense que l’éducation devrait être toujours 100% gratuite ! Kizoa pour l’éducation est notre contribution. Chez Kizoa, nous pensons que les nouvelles technologies sont une part essentielle de l'apprentissage à l'école et qu'elles doivent être accessibles à tout le monde, peu importe le niveau scolaire et les moyens disponibles » explique Yanaï Guedj, CEO de Kizoa.


Kizoa, c’est quoi ?

C’est l’une des seules plateformes permettant aux utilisateurs un contrôle complet de leurs créations en toute autonomie. Avec plus de 2000 éléments disponibles, les utilisateurs accèdent à un catalogue énorme d’effets, de modèles, d’animations, de musiques à intégrer dans leurs projets, quelle que soit l’occasion mise en avant. 

La société a travaillé sur un moyen permettant à la fois aux étudiants et aux enseignants d’accéder gratuitement à l’offre Premium Vidéo habituellement payante. Basé sur le nombre d’adresses emails éducatives enregistrées dans sa base d’utilisateurs, l’effort représente environ 2 millions d’euros. Au vu de la taille de l’entreprise (une quinzaine de salariés), la contribution financière est conséquente. « Heureusement » Yanaï Guedj explique : « l’infrastructure technique du service a été récemment renforcée, ce qui lui permettra d’absorber sans difficulté le trafic supplémentaire à venir» 

Le programme « Kizoa pour l’éducation » donne la possibilité aux professeurs et élèves de tous les niveaux et peu importe les moyens disponibles de créer des films de présentation et des collages pour leurs projets éducatifs. En tant que membre du programme, tous les élèves et membres de l’équipe enseignante pouvant justifier d’une adresse email liée à un établissement scolaire pourront recevoir une offre Premium Vidéo gratuitement (valeur de 29.99 euros), et auront donc accès à : 10 GB d’espace de stockage, la possibilité de télécharger leurs films (jusqu’à 10 minutes) en résolution standard, au partage de leurs projets sur les réseaux sociaux, site web ou blog et à tous les outils créatifs mis à disposition sur le service (modèles, effets, transitions, musiques, etc.) 

« Notre plateforme est un outil incroyablement puissant, permettant à la fois aux élèves et aux enseignants d’exprimer leur créativité et imagination en toute liberté. »  

Avec un accès Premium, les membres « Kizoa pour l’éducation » peuvent utiliser ce nouvel outil technologique pour leurs besoins en création de film. Les possibilités créatives sont illimitées : 

- Améliorer un projet scolaire en y intégrant des éléments multimédias 

- Créer des supports éducatifs ludiques 

- Faciliter l’apprentissage du multimédia 

- Réaliser des films liés aux activités scolaires 

- Retracer en vidéo les éléments marquants de l’année 

- Illustrer la participation aux clubs et associations de l’école 

- Partager facilement des événements avec l’entourage comme les parents d’élève par exemple 

 

 

Un geste généreux ; dans un contexte qui en a besoin… Merci qui, merci Kizoa !

www.kizoa.fr

 

Yanaï Guedj, François Crespin et Virginie Legourd                                                                 Le 14 novembre 2016

 



 

 Mentions Légales

 

rebellissime.com est edité par

Rebellissime SAS (capital : 1 €)

RCS : 820 279 792 

116, rue Diderot 94300 Vincennes

 

  Journaliste, rédactrice  : Virginie Legourd

 

  Directeur de la publication, Responsable Photos :

  Makha Diabira/ Manga remme

 

Rebellissime est hébergé par

Jimdo GmbH

Stresemannstr. 375

22761 Hamburg

Germany 

 Tel.: +49 40 - 8 22 44 997

Fax: +49 40 - 8 22 44 998

 


 

 

 

Rebellissime est un magazine revu et corrigé juste ce qu'il faut pour être interculturel, s'ouvrir aux débats, et à de multiples visions du monde...

Contacter Rebellissime :  

contact@rebellissime.com

rebellissimelacom@gmail.com 

Tél. : 06.12.03.68.49

Numéro CPPAP : 0718W93150

REBELLISSIME EST MEMBRE DU SYNDICAT DE LA PRESSE INDEPENDANTE D'INFORMATION EN LIGNE.



Les personnes souhaitant signaler des contenus ou comportements illicites sur Rebellisime peuvent cliquer sur le lien ci-dessus pour nous envoyer un mail, ou nous appeler au 0612036849 .