Porter Bébé à l'Africaine :             Avantages pour la maman

Continuons en beauté ce chapitre, ô ! Combien enrichissant, en nous épanchant sur les avantages pour la mère du portage à l'africaine. 

 

Hormis les nombreux bienfaits qu’il procure au bébé, la mère porteuse tire également de cette pratique de nombreux bénéfices physiques, psychologiques et moraux qui ne peuvent que la combler et inciter les autres mères à porter leur bébé sur le dos! Découvrons-les! Le portage du bébé à l’africaine permet aux femmes de s'épanouir à bien des égards en même temps que leur enfant.

 

Disponibilité

La mère qui porte son bébé au dos a les mains libres pour d'autres activités. De plus, elle pourra se déplacer comme elle le souhaite et restera toujours disponible. Elle pourra même s'occuper de ses autres enfants sans difficulté avec son bébé en sécurité sur le dos.  

 

Sérénité

La mère qui a son bébé contre elle, sait en permanence comment il va physiquement et psychologiquement. Pas besoin d’avoir les yeux rivés sur le Talkie Walkie ni les oreilles aux aguets pour savoir si son bébé, isolé dans sa chambre, n’est pas en train de pleurer. Le portage renforce le sentiment de compétence et de confiance en soi de ces mères qui savent qu'elles pourront immédiatement satisfaire les besoins de leur bébé.

 

Autonomie et temps libre

La maman peut se déplacer quand elle veut et où elle le désire avec son bébé puisqu’elle et lui ne font qu'un! 


La maman peut accomplir ses tâches sans être interrompue.  Elle les termine donc plus vite et conserve du temps libre. Elle est ainsi plus détendue.  

 

 

Relation fusionnelle accrue 

Après neuf mois passés avec son bébé dans le ventre, la mère qui porte son bébé au dos prolonge cette relation fusionnelle mère-enfant. Et c’est elle qui va décider librement du moment de l'arrêt de la symbiose avec son bébé. Ce arrêt ne sera donc pas brutal et personne d'autre ne prendra cette décision à sa place en la séparant de son enfant parfois même dès l'accouchement. 


Publicité/Vertbaudet
Publicité/Vertbaudet

 

Risque très réduit de dépression du post-partum

La dépression du post-partum est un coup de déprime qui arrive à la plupart des nouvelles mères (85%) après l’accouchement. Cette déprime est considérée comme un passage normal dans la maternité, sûrement à cause des changements hormonaux qui se produisent après la naissance. La mère souffrant de dépression post-partum se sentira dépossédée et incapable de prendre soin de son enfant. Elle aura même des pensées suicidaires … 

Mais la bonne nouvelle est que le fait de porter son bébé au dos, de le sentir contre elle, réduira considérablement le risque de cette dépression et lui permettra de s’habituer en douceur et en confiance à sa nouvelle vie de mère. La preuve, les nourrices africaines sont toujours radieuses et bien portantes et ne souffrent (en ma connaissance) jamais de dépression les poussant au suicide.  

 

Attachement à l'enfant plus aisée

Une expérience relatée dans la brochure ''Lancet'' en 1987 va dans ce sens. Les chercheurs ont distribué de façon aléatoire, à deux groupes de mères de milieux défavorisés, des porte-bébés en tissu ou des sièges en plastiques en leur demandant de s'en servir régulièrement. Treize mois plus tard, les chercheurs ont testé la qualité de l'attachement mère-enfant : 83% des enfants portés montraient un attachement sécurisé, contre 38% des enfants du groupe des sièges en plastique.

 

 

Le temps consacré par les parents à porter au dos leur enfant et à répondre à leurs besoins essentiels pourrait de prime abord passer pour du temps perdu. Cependant, l'enfant ainsi porté pleure moins, s'adapte facilement   à son milieu, devient plus rapidement autonome et le reste toute sa vie. À mieux y regarder, le temps investi au départ n'est pas perdu mais gagné à la longue! De plus, porter son bébé au dos est un partenariat gagnant-gagnant pour la mère et pour l'enfant. 



Merci à l'Association Porter son bébé

 

Retrouvez les témoignages de familles....

Et n'hésitez pas à partager le vôtre ! 

Marjolaine Goue

Blog L'Autre Afrique

Facebook

                                                                                                                                                                        Le 15/09/2019