VOITURES HYBRIDES ET       ELECTRIQUES AU DEFI DE LA             CITADINE FAMILIALE

Hybride, électrique,… ces mots apparaissent de plus en plus sur la carrosserie des voitures que l’on peut croiser en région parisienne. Mais c’est quoi une hybride, une électrique exactement? C’est électrique, c’est de l’essence ? Et en ville, en famille, est-ce un bon compromis ? Et pour la planète ?

En décembre dernier, le gouvernement, suite au mouvement des Gilets Jaunes annulait la taxe sur les carburants. Du coup, ou pas d’ailleurs, on a vu plein plein de pub sur les voitures hybrides et électriques… Et dans les rues de la capitale, elles sont de plus en plus nombreuses. Elles roulent en silence et sans pot d’échappement. Et entendons nous bien, il semble que ces voitures dotées de moteurs électriques, de batteries, n’aient rien à voir avec les sans permis qui roulent à 30 km ou avec les clichés d’une autonomie toute pourrie. Les descriptifs techniques, perdent beaucoup de leurs lecteurs à la 2è ligne et en plus, laissent la désagréable sensation de frustration de ne pas avoir trouvé de réponses à leurs questions. Combien ça coûte en essence et en électricité ? Combien de temps, jusqu’où peut-on  rouler avec une charge ? Est-ce que c’est bien pour la ville ? Est-ce que cela pollue oui ou non ou c’est juste un argument commercial pour nous faire lâcher des tunes dans une nouvelle voiture ? Est-ce que la valise, la poussette et le chat vont rentrer dedans ? Est-ce que c’est pratique à garer et moins cher ? Est-ce que ça roule vite ou pas ? Pourquoi elles n’ont pas de boîte de vitesse ? Est-ce vraiment si important que cela de passer les vitesses ? Parce qu’avec l’aide à la conduite, la distance de sécurité automatique, le freinage en cas de danger, l’assistance au staionnement… on conduit de moins en moins finalement… Tant qu’elles sont, moins polluantes, qu’elles nous mènent d’un point A à un point B, avec toutes les affaires de la famille dans le coffre et qu’en prime elles sont connectées et nous aide à nous garer… euh, l’automobile prend un virage hybride et électrique, non ?

Les avantages : bonus écologique, prime à la conversion :

Si vous êtes majeur et domicilié en France, une aide, dite bonus écologique, vous est versée lors de la 1ère immatriculation (en France) en série définitive d'une voiture particulière (VP) ou d'une camionnette (CTTE) électrique (taux d’émission de CO2 de 20g/km max) neuve achetée ou louée (avec option d’achat ou pour une durée d'au moins 2 ans). Le véhicule ne doit pas être vendu dans les 6 mois suivant son achat, ni avant d'avoir parcouru au moins 6 000 km. Le montant de l'aide est de 27 % du coût d'acquisition TTC du véhicule, augmenté si nécessaire du coût de la batterie si celle-ci est prise en location. Ce montant du bonus est plafonné à 6 000 €. Il peut être déduit directement par le concessionnaire, veillez alors à ce qu’il figure correctement sur la facture, soit remboursé si vous en faites la demande après l’achat. Cette demande peut se faire en ligne. 

Vous pouvez également bénéficier, sous certaines conditions, d'une « prime à la conversion » lors de l'achat ou de la location d'un véhicule peu polluant si, dans le même temps, vous mettez à la casse un ancien véhicule diesel ou essence. Cette prime s'ajoute au bonus écologique. La prime peut être plus avantageuse si votre foyer n'est pas imposable. Le montant de la prime à la conversion est de 2 500 € en cas d'acquisition d'un véhicule hybride ou électrique neuf ou d’occasion. Le montant de la prime peut varier selon que le foyer est imposable ou non  Elle double et atteint 5 000 euros  pour les 20 % des ménages les plus modestes mais aussi pour les actifs qui ne paient pas d'impôts et qui parcourent plus de 60 kilomètres (aller-retour) chaque jour pour se rendre sur leur lieu de travail.

Décret du 28 décembre 2018 relatif aux aides à l'acquisition ou à la location des véhicules peu polluants.  

Hybride, électrique et pollution…

Pas si écolo que cela les moteurs électriques ? What the fuck ? Je sens la BoBo qui sommeille en moi toute chose ! Elle qui voyait en sa future voiture un moyen de respecter l’environnement en roulant sans polluer ! Fini les particules fines ! Oui, mais, parce qu’il y aurait un mais, les batteries de ces voitures électriques seraient fabriquées à partir de minerais dont l’extraction serait autant voir plus polluante que les carburants fossiles ! Arrrrg ! Du coup, d’après nos recherches (Rapport 2016 de l’ADEME agence de la maîtrise de l’environnement et de l’énergie), avant même de sortir de sa petite usine, notre petite auto électrique a déjà émis plus de CO2 (Dioxyde de carbone), qu’une voiture essence ! Elle n’est donc vraiment propre et écolo qu’une fois dehors. Parce qu’en roulant elle n’émet que très peu de gaz à effet de serre. Pour une durée de vie moyenne de 150 000 km, notre petite tuture électrique va émettre près de 10 tonnes de dioxyde de carbone, quand une voiture à moteur thermique, en aura lâché plus du double (22 tonnes pour une automobile diesel, 27 pour une essence). Les seules particules fines qu’elle dégage proviennent de l’abrasion des pneus. Et en prime, la voiture électrique ne rejette pas d’oxydes d’azote. Donc là,  Madame Bobo respire ! Mais quand il s’ait de recharger sa batterie, attention. En utilisant de l’électricité nucléaire, on génère des déchets radio-radioactifs ! Et plus il y aura de voitures électriques, plus ces déchets vont croître. Dans les pays, tels que l’Allemagne ou la Chine où l’électricité provient de centrales à charbon, les émissions de notre voiture électrique sont supérieures à celles d’une voiture traditionnelle jusqu’à ses 100 000 km. Des solutions ? Que Madame Bobo puisse sécher ses larmes,  retrouver son souffle et sa foi en l’avenir… Développer des énergies renouvelables (éoliennes, panneaux voltaïques…)… Remplacer le lithium des batteries en question par du sodium.

 

Hybride, électrique,  c’est quoi ? 

Hybride, hybride, hybride… quand on entend ce mot, on pense à moitié comme-ci, moitié comme-ça. Mais comme définition, ce n’est pas sérieux ! Donc, un voiture hybride et plus largement tout véhicule hybride utilise au moins deux énergies différentes. Généralement, il s’agit de carburant et d’électricité. Et puisqu’elle utilise deux énergies, elle a eux moteurs !  Un thermique pour l’essence ou le diesel, et un électrique. Ahhh, deux moteurs ! Il y a aussi plusieurs sortes d’hybrides. On vous dit tout ! 

Les voitures microhybrides, équipées du système Start & Stop qui assure le démarrage et l’arrêt a coupure automatiques du moteur thermique lors des phases d'arrêt. Pourquoi ? Pour économiser du carburant et réduire les émissions de polluants (CO2, gaz d’échappement). Ça n’a l’air de rien, mais en ville, entre les feux, les embouteillages, etc, cela fait pas mal d’économie. Une raison de prendre tous ces arrêts avec le sourire et de rester zen, en plus d’être écolo. 

Les semi-hybrides et full hybrides quant à elles, se basent également sur le système Start & Stop, mais utilisent l'électricité pour alimenter d'autres systèmes tels que l’éclairage, le tableau de bord. Elles puisent cette électricité dans le moteur électrique rechargé par le moteur thermique et le Start & Stop. On parle de freinage régénératif. Le moteur électrique vient aider le moteur thermique lors des démarrages, accélérations et reprises. Pour donner de la pêche ! 

Les hybrides, comme les full hybrides,  peuvent recharger leur moteur électrique sur une prise de courant. Elles peuvent fonctionner uniquement avec leur moteur électrique, mais sur de cours trajets. C’est donc idéal en ville.

L’avantage des hybrides c’est de se recharger en roulant et d’émettre moins de dioxyde de carbone. Les hybrides, même full hybrides ont toujours deux moteurs. Seules les voitures dites électriques ne possèdent qu’un moteur et un moteur électrique bien entendu ! Enfin, elles peuvent en avoir plusieurs  et tous sont alimentés par une batterie (accumulateurs), comme la Tesla, la Zoe, ou par une pile à combustible à hydrogène pour la Mirai de Toyota. Cette dernière ne se recharge pas, elle fonctionne avec sa pile à hydrogène…

Forcément automatique ?

Lors de nos différents tests de voitures hybrides et électriques, nous avons constaté qu’elles sont toutes dotées d’une boîte de vitesse automatique. Enfin, c’est ainsi que nous les appellions. Parce que ce n’est pas le terme approprié. En faîte, il n’y a qu'une seule vitesse. Et contrairement aux idées reçues, ce n’est pas parce qu’elles sont mollassonnes, loin de là. C’est même tout le contraire ! Les moteurs électriques sont plus nerveux ! Leur capacité d’accélération est supérieure à celle des moteurs thermiques. La preuve, ces derniers ont besoin de plusieurs vitesses pour atteindre leur vitesse maximum. C’est pourquoi, les derniers modèles de voitures hybrides et électriques sont dotés d’un moteur électrique à une seule vitesse. On ne parle donc pas vraiment d’une boîte automatique (qui passe seule les vitesses), mais d’un pont. Et visuellement c’est exactement ce que vous trouvez à la place du levier de vitesse. Un pont, donc de l’espace en plus ! Plus besoin de passer les vitesses.  Le couple d'un moteur électrique est disponible dès le démarrage et ne nécessite pas de boîte de vitesse entre le moteur et les roues pour optimiser ce couple sur les roues. Le couple d’un moteur ? Je sens que j’en ai peut-être perdu certains. En mécanique automobile, comme dans la vie amoureuse, le couple est une notion subtile. Elle désigne la force que le moteur donne dans son mouvement. Elle se mesure en Newton.mètre (N.m) ou en mètre.kilogramme (m.kg). Dans une voiture électrique pas d'embrayage ni de boîte de vitesses. Il suffit de presser la pédale d'accélérateur pour que la batterie délivre du courant. Ensuite un convertisseur transforme ce dernier en courant alternatif. Dans le  champ électromagnétique ainsi généré une bobine de cuivre tourne. Les voitures électriques ont donc un meilleur rendement. Les seules pertes sont dues à la recharge de la batterie. 

A ce propos, saviez-vous que l’on peut passer son permis sur une boîte automatique ? Du coup, on ne se contente plus que sur la route ! On oublie l’embrayage et les vitesses ! C’est plus simple et moins cher d’environ 30%. Vous passez votre permis, obtenez un permis B BEA qui ne vous donne accès qu’aux automatiques évidemment, mais comme il y en a de plus en plus… Et si vraiment avez besoin de permis B (tout court), pas besoin de repasser le permis. Un stage, de 7 heures sur boîte manuelle (comptez environ 300 euros), et à la fondu stage, une fois validé, pas de nouvel examen, la validation du stage suffit pour avoir le permis B ! C’est automatique ;)

 

 

Et tout cela c'est familial ? Et citadin ?

Comment allier familial et citadin. Une voiture citadine, parce qu’on a envie de pouvoir se faufiler et se garer partout en ville et de faire des économies sur l’entretien notamment. Surtout que les citadins, ne font pas plus de 30 000 km par an ! Mais une voiture familiale tout de même avec le confort qu’il faut pour de plus long trajets, pour les week-end ou les vacances en familles par exemple où les trajets sont plus longs. Mais surtout, et cela c’est au quotidien, il faut qu’elle accueille le siège auto de bébé, les jambes de l’ado, la poussette dans le coffre, les courses? Les petites affaires de tout le monde. La voiture idéale pour une famille en ville, c’est un compromis de tout cela. On parle alors de voiture compacte. 

 

On a pensé qu’il serait mieux de tester!  En tant que journaliste profane  non conductrice mais qui aime être conduite dans une bonne voiture, et en tant que conducteur pas plus fan de moteur que ça, bref en tant que consommateurs lambdas !

 

Testing Mitsubishi Outlander PHEV 2019

A lire sur le sujet

"Notre air est-il respirable ? Le vrai du faux sur la pollution intérieure et extérieure" par Lise Loumé et Francelyne Marano - paru aux Editions Quae en juin 2018. 166 pages. 13 euros environ.

Dans ce livre basé sur les dernières données scientifiques et éloigné des discours inutilement alarmistes, découvrez des conseils pratiques pour limiter votre exposition à la pollution de l'air, extérieure comme intérieure, et faites enfin la chasse aux idées reçues.  Cet ouvrage analyse également l'efficacité de mesures prises par les grandes villes françaises et européennes pour réduire la pollution liée au trafic routier. 

 

Virginie Legourd 

le 27 mars 2019