What's hap' avec WhatsApp ?

Avec sa nouvelle politique,  WhatsApp va partager plus de données avec Facebook. De nombreux utilisateurs ont jusqu'au 8 février 2021 pour accepter les nouvelles règles - sinon ils perdent l'accès à l'application. La concurrence, comme Signal se frotte les mains... Face aux vives réactions des utilisateurs, WhatsApp reporte au 15 mai l’application de ses nouvelles règles de partage des données. Alors what's hap' avec WhatsApp ? 

Dans une mise à jour majeure de sa Politique de confidentialité et de ses conditions d’utilisation, WhatsApp informe ses utilisateurs de nombreuses régions du monde qu’à partir du 8 février, elle partagera certaines de leurs données avec Facebook, la société mère de l’application de messagerie. Il est important de noter que les utilisateurs qui n’accepteront pas les nouvelles conditions devront cesser d’utiliser l’application ou supprimer leur compte. Du coup, tout le monde bascule sur Signal... et beaucoup voient apparaître leurs contacts qui rallient le mouvement de départ. Mais de quoi a-t-on peur exactement ? A quelle sauce nos données et informations privées vont-elles être dévorées ? L'herbe est-elle plus verte, en vrai, ailleurs ? 

L’annonce est diffusée par le biais d’une notification intégrée à l’application qui met en avant les principales mises à jour des politiques et des conditions de service de WhatsApp. Celles-ci sont divisées en trois points clés :

- comment l’application traite elle les données des utilisateurs,

- comment les entreprises peuvent-elles utiliser les services hébergés par Facebook avec WhatsApp,

- comment l’application permet une intégration avec les autres produits de Facebook.

Notez, cependant, que les utilisateurs en Europe seront exemptés des nouvelles pratiques de partage des données du service et ne se verront montrer que les deux premiers des trois points de la communication. Niamh Sweeney, directeur de la politique de WhatsApp pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMEA), a tenté de dissiper la confusion qui s’était installée autour de cette question : Mais qu’en est-il du reste du monde?

Voici une partie importante de la mise à jour des termes de service de la plateforme telle qu’elle s’appliquera à ces utilisateurs :

« Nous faisons partie des entités Facebook. En tant que membre des entités Facebook, WhatsApp reçoit des informations de la part des entités Facebook et partage des informations avec elles, tel que décrit dans la Politique de confidentialité de WhatsApp, notamment pour fournir des intégrations qui vous permettent de relier votre expérience WhatsApp aux autres Produits des entités Facebook ; pour assurer la sécurité et l’intégrité des Produits des entités Facebook ; et pour améliorer vos expériences avec les produits et publicités des Produits des entités Facebook. »

Et si on dit oui...

En acceptant les nouvelles conditions et la nouvelle politique, vous acceptez que Facebook et ses filiales aient accès à au moins certaines de vos données

Voici certaines des informations clés que WhatsApp collecte :

- Votre numéro de téléphone utilisé pour créer un compte

- Votre photo de profil et les informations relatives à votre profil

- Les numéros de téléphone de vos contacts WhatsApp

- Des données relatives aux transactions et aux paiements

- Des informations de géolocalisation

- Des informations sur votre appareil, telles que le modèle, le système d’exploitation et le réseau mobile

- D’autres informations, notamment votre adresse IP, des informations sur le fonctionnement de l’appareil et des identifiants

 

WhatsApp liste les informations dans la section FAQ du site Web qui se concentre sur la sécurité et la confidentialité. Voilà ce qu'on peut y lire : « Les informations que nous partageons avec les autres entités Facebook incluent les informations d’enregistrement de votre compte (comme votre numéro de téléphone), les données de transactions, des informations liés à des services, des informations sur la façon dont vous interagissez avec d’autres, y compris des entreprises, lorsque vous utilisez nos Services, les informations sur votre appareil mobile, votre adresse IP, et peuvent inclure d’autres informations identifiées dans la section de la Politique de confidentialité titrée « Informations que nous recueillons », ou obtenues après vous en avoir averti(e) ou sur la base de votre consentement. »

 

Source : https://twitter.com/signalapp/status/1347240006444675072
Source : https://twitter.com/signalapp/status/1347240006444675072

Cette situation a profité à d’autres applications de messagerie, dont l’application Signal qui a vu l’enregistrement des nouveaux utilisateurs momentanément face au grand nombre de demandes d’inscriptions. Cette interruption n’aura duré que quelques heures

L'avis du pro, Benoit Grunemwald expert en Cyber sécurité,

ESET France

D’une manière générale, consultez et prenez la mesure des permissions que vous autorisez quant à l’utilisation de vos données personnelles par les applications et fournisseurs de services. Soyez attentifs aux autorisations données aux applications sur votre smartphone. Whastapp, comme toutes les marques connues, sont souvent usurpées et utilisées pour des campagnes de désinformations ou d’hameçonnage. Nous vous recommandons la plus grande vigilance quant aux informations diffusées, afin d’éviter d’être victime de phishing, qui tenterait de récupérer vos données personnelles ou qui participeraient à diffuser des informations erronées.

Si vous n'êtes pas prêt à supprimer complètement Facebook, j'ai une suggestion - pourquoi ne pas supprimer l'application et utiliser Facebook dans le navigateur uniquement, et avec des contrôles de confidentialité ? Cela vous aidera au moins à vous sevrer du réseau social, si vous n'êtes pas tout à fait prêt à vous en débarrasser complètement.

 

Suite aux vives réactions suscitées par ce changement des conditions d'utilisation, WhatsApp décide de reporter à trois mois l'application de ces nouvelles normes. Pendant ce temps, Telegram vient de dépasser les 500 millions d'utilisateurs et Signal embauche pour augmenter ses effectifs et répondre à la demande. Au 8 février, WhatsApp précise « Nous reculons maintenant la date à laquelle les personnes seront invitées à examiner et à accepter les conditions. Personne ne verra son compte suspendu ou supprimé le 8 février. Nous allons également faire beaucoup plus pour dissiper la désinformation sur le fonctionnement de la sécurité et du respect de la vie privée sur WhatsApp », peut-on lire sur le blog de l’entreprise.

WhatsApp  précise :

Lui faut répondre aux principales préoccupations liées à ces nouvelles pratiques : « Cette mise à jour n’étend pas notre capacité à partager des données avec Facebook ». En effet, l’annonce initiale a été accueillie avec certaines réticences, notamment en raison d’une formulation malheureuse qui a soulevé des questions parmi les utilisateurs sur les types de données qui seraient partagées avec la société mère de l’application de chat, Facebook. Cela a également conduit WhatsApp à expliquer dans sa FAQ que la mise à jour ne donnera pas à WhatsApp ou à Facebook la possibilité de voir le contenu des messages ou d’écouter les appels des utilisateurs, ou de garder des journaux des personnes avec lesquelles les utilisateurs interagissent, entre autres choses. « Avec ces mises à jour, rien de tout cela ne change. Au lieu de cela, la mise à jour inclut de nouvelles options que les gens auront pour envoyer des messages à une entreprise sur WhatsApp, et fournit une plus grande transparence sur la façon dont nous recueillons et utilisons les données. Bien que tout le monde ne fasse pas ses achats avec une entreprise sur WhatsApp aujourd’hui, nous pensons que davantage de personnes choisiront de le faire à l’avenir et il est important que les gens soient au courant de ces services. Cette mise à jour n’étend pas notre capacité à partager des données avec Facebook ».

La société a également précisé que les changements sont principalement axés sur la façon dont les entreprises utilisent l’application. Les changements comprennent des fonctionnalités optionnelles telles que la possibilité pour les entreprises d’utiliser les services d’hébergement sécurisé de Facebook pour les chats WhatsApp ou de permettre aux clients d’interagir avec les entreprises via WhatsApp en cliquant sur les publicités Facebook et Instagram.

 

 

Et la concurrence, alors ? 

Alors que les sociétés d’analyse d’applications signalent des millions de téléchargements de la populaire application de messagerie, un porte-parole de Signal précise à CNET que les rapports sont sous-estimés : « Actuellement, je peux dire que toutes ces sociétés d’analyse d’applications sont très en dessous des chiffres rapportés par Signal parce que nous n’avons pas de trackers ou d’analyses comme les autres applications. » Le porte-parole a également ajouté que Signal ne partage pas ses chiffres publiquement.

Pendant ce temps, Telegram, un autre concurrent de WhatsApp, a également vu un afflux de nouveaux utilisateurs dépasser le cap des 500 millions d’utilisateurs actifs par mois au début du mois de janvier. Selon un post de Pavel Durov, l’un des fondateurs de l’application, le service a vu 25 millions de nouveaux utilisateurs s’inscrire en 72 heures.

 

Rebellissime team

Le 14 janvier 2021

MAJ  le 19 janvier 2021

MAJ le   11 février 2021

Par Sya Dejade