12,26 millions d’élèves, 800 000 enseignants prennent ou reprennent le chemin de l’école, du collège ou du lycée, ce jeudi 2 septembre. Tous masqués ! Encore une rentrée sous le signe du Covid ! 

Encore une fois, sur toutes les lèvres la question relève plus de la situation sanitaire que de l’enseignement ! Merci Covid ! Le ministre Jean-Michel Blanquer l’a annoncé : tous les enfants à l’école, tous masqués dès la primaire… Au collège et au lycée, la question de la vaccination obligatoire, ou non, se pose . Que peut-on faire, ou pas ? A quelle sauce nos enfants vont-ils être cuisinés ? Rebellissime rencontre Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz de Vincennes et secrétaire général du SNPDEN-Unsa (Syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale – Union nationale des syndicats autonomes). Avec lui, faisons le point sur une rentrée emprunte de crise et mesures sanitaires, de questionnement sur la vaccination, le pass sanitaire, les quarantaines, le présenciel, le distanciel…

 

Rebellissime rencontre Bruno Bobkiewicz, proviseur de la cité scolaire Berlioz de Vincennes et secrétaire général du SNPDEN-Unsa

Rentrée sanitaire

Protocole sanitaire de niveau 2 (cf infographie ci-dessous) pour tous les établissements scolaires de métropole et de Corse. Au milieu donc, entre totale liberté et cours à la maison. Le tout peut et doit pouvoir changer à tout moment. Pour s’adapter à l’évolution de la pandémie, localement.

Tous les élèves en classe. Le ministre de l’Education, Jean-Michel Blanquer, l’exprime clairement dans le Journal du dimanche. Il fait “le choix des écoles ouvertes“, du présentiel de la maternelle au lycée. 

Port du masque obligatoire dès la primaire, sauf à la cantine et pendant les cours de sport. Distanciation. Fermeture des classes de primaire (maternelle et élémentaire) dès la détection d’un cas de Covid-19. L’enseignement à distance refait alors son apparition. Avec congés qui vont avec par les parents. Au collège et au lycée, c’est un peu particulier: en cas de contamination dans une classe, seuls les élèves cas contacts non vaccinés resteront chez eux, durant 7 jours avec cours à distance. Les élèves vaccinés resteront quant à eux en présentiel. Distanciel également pour les collégiens cas contacts de moins de 12 ans, n’étant pas éligibles à la vaccination,  en cas de contamination au sein de leur classe.

Non, la vaccination n'est pas obligatoire... Le port du masque, oui !

Des personnels enseignants, option sanitaire

Comme le souligne Bruno Bobkiewicz, la rentrée ne sera pas totalement sereine. En particulier pour les chefs d’établissement, mais aussi pour leurs équipes, enseignantes, administratives… S’ils sont désormais coutumiers des gestes barrières, des protocoles sanitaires, de la distanciation … Ils regrettent leur vrai métier : la pédagogie, l’enseignements, la course au bouclage en temps et en heure des programmes…

C’est donc dans un climat, certes sous contrôle et en totale maîtrise des contraintes sanitaires, mais tendu socialement que se profile leur rentrée. Et par voie de conséquence la rentrée de nos enfants. Au regard des huées essuyées ce matin par Jean-Michel Blanquer en déplacement à Marseille avec le président Emmanuel Macron ” Viens nous le dire en face qu’on achète des écrans plats“… On comprend que la polémique ne porte pas toujours sur les mesures sanitaires prises par le gouvernement. Les parents en colère réagissent aux propos du ministre selon qui “On sait bien qu’il y a parfois des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu’à d’autres moments“… Comme l’exprime clairement le secrétaire général du SNPDEN-Unsa, il y a manifestement un véritable problème de communication entre le gouvernement, ses fonctionnaires mais aussi une bonne part de la population. 

Les chiffres d'une rentrée sous Covid

  • selon la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) et sur la base des patients entrés à l’hôpital entre le 2 et le 8 août, 84 % des admissions en soins critiques et 76 % des admissions en hospitalisation conventionnelle sont le fait de personnes non-vaccinées.
  • Selon Emmanuel Macron, 3 jeunes (entre 12 et 17 ans) sur 5 ont fait le choix de la vaccination. 
  •  Près de 80 % de la population totalement vaccinée
  • 16 % de Français opposés au vaccin

Alors que nous sommes de plus en plus vaccinés, le virus progresse. Avec lui la méfiance, la lassitude, l’agacement… Mais aussi l’espoir et la volonté de s’en sortir comme d’un mauvais rêve, d’une mauvaise grippe ! Alors bonne rentrée à tous et surtout bonne santé !