Accessible à l’ensemble des futures mamans, le yoga prénatal permet de se détendre et de rester forme. 5 bonnes raisons de se mettre à ce yoga “adapté”  

Réputé et apprécié comme l’une des activités sportives les plus douces et largement motivantes. Le yoga est idéal pour rester en forme et cultiver sa santé mentale. Bonne nouvelle, il n’est pas seulement l’apanage des stars ou des influenceuses. Et il n’est pas déconseillé, pendant la grossesse. Le yoga prénatal ne présente pas de contre-indication pour les femmes enceintes. Même s’il est recommandé d’obtenir l’aval de votre médecin et surtout d’adapter votre entraînement selon le stade de la grossesse. Découvrez 5 raisons pour vous essayer au yoga prénatal.

Le yoga prénatal anti stress

Le stress, malheureusement plutôt courant chez les femmes enceintes surprend même celles qui n’ont aucune prédisposition. Entre les examens médicaux, la crainte de l’accouchement, une angoisse vis-à-vis de la famille ou du travail et plus généralement les perspectives de devenir mère, l’anxiété au cours de la grossesse reste fréquente. Or, ce n’est pas sans conséquence, tant sur la santé de la mère que sur celle de l’enfant. Le yoga prénatal permet justement d’apprendre à lâcher prise pour se recentrer sur soi-même à travers différents exercices de respiration et de relaxation.

La plupart des postures contribuent à libérer les tensions présentes au niveau du nerf sciatique. Elles favorisent la détente des muscles du corps et pallient les maux de dos. Elles sont également efficaces pour réduire la fatigue et apporter un sentiment général de vitalité.

Contre les maux de la grossesse

Être enceinte rime, hélas,  la plupart avec bon nombre de symptômes nuisant à la qualité de vie : nausées, maux de dos, jambes lourdes, troubles digestifs, difficultés d’endormissement, fréquents réveils nocturnes, etc. Si le yoga prénatal est loin d’être une solution miracle, il s’avère efficace pour réduire ces désagréments. Mais aussi pour prévenir le diabète gestationnel. Un trouble de plus en plus courant chez les femmes enceintes, même en bonne santé. De plus, en pratiquant les bonnes postures, le yoga prénatal permet de renforcer son périnée tout en travaillant sa respiration, des atouts qui peuvent faire la différence au moment de l’accouchement. Ils préviennent en douceur et favorisent un travail sensiblement plus facile.

Rebellissime-lien-mere-bebe-starofservice

Être en harmonie avec bébé

Le yoga prénatal prône une certaine dimension spirituelle, méditative. Il invite à l’intériorisation. Outrepasser ses obligations en offrant la possibilité de prendre du temps pour soi, loin des préoccupations du quotidien. Il s’agit aussi d’une discipline parfaite pour renforcer ses liens avec bébé, en lui partageant une énergie positive et une certaine forme de force intérieure. Et pour celles qui comptent pratiquer aussi le yoga postnatal, en réalisant des postures avec bébé, quelques séances prénatales permettent d’habituer son corps à l’exercice tout en offrant une bonne entrée en matière. L’occasion de faire entrer le yoga dans son hygiène de vie.

En complément du yoga prénatal

Quelques séances d’haptonomie, le yoga prénatal apprennent à communiquer avec bébé en lui procurant une sensation de bien-être et de détente. Lé méthode pilate s’avère également une bonne alternative à explorer.

Peu chronophage

Contrairement à certaines autres activités sportives, la pratique du yoga prénatal est peu chronophage, ne requiert que peu de matériel si ce n’est une tenue confortable et un tapis de sol.  Et surtout, le yoga prénatal se prête à une pratique à domicile. Ainsi, plus besoin d’angoisser quant à des temps de trajet décourageants ou de devoir jongler avec son agenda pour espérer atteindre une certaine assiduité. Même s’il est parfois plus motivant d’assister à des séances collectives qui d’ailleurs peuvent être suivies en famille, certaines peuvent préférer profiter d’un moment d’intimité avec leur bébé, loin de toute distraction.

Tout simplement par la lecture avec des titres comme Je fais du yoga pendant ma grossesse ou Le yoga des femmes enceintes qui restent de bons ouvrages de référence pour débutants.

Se lancer dans le yoga prénatal en autodidacte n’est d’ailleurs pas une mauvaise idée, si tant est que l’on prenne la peine de bien s’autoformer. Vous pouvez vous instruire par le biais d’applications mobiles : Yoggy ou Yoga prénatal, disponibles sur Android et iOs, chaînes YouTube. A l’instar de Doctissimo Maman qui propose un cycle de vidéo sur le yoga prénatal selon le stade de grossesse. 

Pris en charge par la Sécurité Sociale

Bien que la plupart des coachs pratiquent des tarifs largement abordables et que le prix des cours collectifs reste compétitif, il faut aussi savoir que l’Assurance maladie prend en charge jusqu’à 8 séances de yoga prénatal, si celles-ci sont dispensées par un professionnel du secteur médical et si elles s’inscrivent dans le cadre d’une préparation à l’accouchement. Une solution pertinente pour celles qui hésitent encore à se lancer ou tout simplement qui ne veulent pas jouer la carte de l’autoformation. Certaines mutuelles proposent également la prise en charge de séances de yoga prénatal. ça vaut le coup de se renseigner.  

Un bon moyen de s’initier au yoga prénatal et d’apprendre à bien exécuter les postures sans toutefois toucher à son portefeuille.