Récupérer les invendus de fruits afin d’en faire de délicieuses confitures… Il suffisait d’y penser. Et nous n’avons plus qu’à les manger les Re-belles confitures.

Donner une dernière chance aux fruits et légumes invendus… Des citoyens engagés l’ont fait et récupèrent ces produits auprès de leurs partenaires pour leur offrir une seconde vie. Qui dit qu’il n’y a plus de rebelle ? Les rebelles sont partout… Et il n’y pas grandes ou de petites, de bonnes ou de mauvaises causes. proposer d’autres solution devient une vraie rébellion. Tout vaut la peine de se rebeller, sinon on risque de se faire formater comme une vieille disquette ! Ou réformer comme de vulgaires retraites ! C’est pourquoi Rebellissime ne peut que saluer et mettre en avant la délicieuse initiative des confitures Re-belle. Des confitures lauréates du Prix Concept du Concours de l’Innovation alimentaire en IDF*. On va pouvoir être fiers de nos tartines !

Saine rébellion : des confiture qui ont du goût et du sens

Colette Rapp, fondatrice de la marque Rebelle est issue du mouvement citoyen Disco Soupe. Celui-ci organise des sessions collectives où l’on comment cuisiner les fruits et légumes pas jojos ou invendus. Le tout se déroule dans une ambiance festive et musicale. Belle façon de sensibilier au gaspillage alimentaire, non ? Antigaspi, récupération, ciircuits courts, insertion… tels sont leurs combats au quotidien.

Le circuit des Re-belle confiture

Un message clair et simple : éviter de gâcher les fruits et légumes

« Chaque année 45% des fruits et légumes que nos producteurs locaux produisent ne finissent pas dans notre assiette. Pas assez beau, trop gros, trop mince, trop  colorés…toujours trop ! Chez Re- Belle, nous avons choisi de ne pas rejeter ces fruits et légumes pour de mauvaises raisons mais au contraire de les garder pour leur beauté intérieure : le goût ! Frais, mûrs, ces fruits et légumes remplissent les critères très sélectifs des papilles de nos rebelles « .

Le message est clair, simple et efficace. Complètement rebellissime !
Parce qu’au risque de sombrer dans le cliché, c’est vrai que le gachis, c’est pas bien. Quand on voit à quel prix on ose nous vendre des fruits, il ne faut pas s’étonner non plus qu’il reste des invendus ! Et puis, tous ces invendus, alors que beaucoup manquent de tout, n’ont pas les moyens d’acheter de quoi manger les fameux 5 fruits et légumes par jour.

 

Allez, encore un petit cliché sur la dictature du look et de l’apparence.

Depuis le temps que l’on vous dit que ce qui compte ce n’est pas la beauté extérieur mais ce qu’il y a à l’intérieur… Tous ces pauvres fruits et légumes pas très beaux, que l’on repousse dédaigneusement. Alors qu’ils ne demandent qu’à nous régaler ! Ingrats ! J’ai honte… Pour oublier, je vais me faire une petite tartine re-belle.

Les recettes déconfitures Re-belle dans le magazine Rebellissime
Des recettes originales qui varient en fonction des saisons et des invendus !

Le goût de la rebellitude : celui des confitures Re-belle !

Quand être gourmand, c’est être rebelle, ça donne forcément envie ! Les confitures Re-belle sont uniques, de par le concept bien sûr mais aussi parce qu’elles remettent au goût du jour la production en petites quantité de recettes originales et authentiques. On en a l’eau à la bouche. Comme, on ne peut pas savoir d’avance quels fruits et légumes vont rester, cela implique d’avoir des idées de mélanges en fonction de ce qui va être collecté chez les partenaires. Butternut-citron, tomate-fraise-citron, ananas-sucre-citron, aubergine-pomme-citron, poivron, pomme-raisin… que d’imagination !

Le recettes des confitures Re-belle  sont complètement imprévisibles !

Et où sont-elles cuisinées ces confitures Re-belle ?

Elles sont confectionnées à Romainville (93 ! La Seine Saint-Denis, c’est de la bombe Bébé), cité Marcel Cachan dans les locaux de l’entreprise d’insertion Baluchon. Aux début, Colette Rapp les fabriquait dans sa cuisine où ont eu également lieu en 2015, les premiers tests.

Fortes de leur succès, les confitures se fabriquent au rythme de 1500 pots par semaine.

On comprend qu’elles aient besoin de plus d’espace que la cuisine de Colette ! Pour les découvrir, rendez-vous chez les commerçants partenaires. Concepts stores, épiceries, coopératives, cafés parisiens, du Val de Marne et de la Seine-Saint-Denis montrent l’exemple. Comptez moins de 4 € le pot de confiture. Une petite tartine re-belle entre rebelles, c’est tout naturel !

Re-belle confiture le visage de ceux qui les fabriquent dans le magazine Rebellissime

Où acheter ces confitures re-belles aux recettes inattendues ?

Monoprix est tout de même la première grande enseigne à proposer ces confitures re-belle. Carrefour Market 15è arrondissement de Paris suit. D’autres devraient le faire également… non ? Dans la région parisienne (Paris, Val de Marne (94 represents! ) et Seine-Saint-Denis particulièrement), on compte une trentaine de magasins partenaires. Ils donnent leur fruits et légumes invendus puis mettent vente les confitures fabriquées avec. En région, on compte actuellement une dizaine de magasins où trouver ces re-belle confitures. Vous pouvez également les commander en ligne.

Ces confitures confectionnées avec leurs fruits trop murs comme indiqué avec humour sur le couvercle. Complètement Rebellissime ! D’autres grandes enseignes devraient suivre. Allez hop hop hop , on se rebelle, les camions des confiture Re-belle n’attendent que ça d’ajouter des magasins à leur tournée pour récupérer les fruits et légumes.

Si vous aussi vous goûter, n’hésitez pas à nous dire vos recettes préférées et si pour vous aussi, maintenant, comme dit le slogan de ces confitures Re-belle « La rébellion a du bon » !

Sur le même sujet

Shrinkflation : foodwatch dénonce l’inflation cachée des produits alimentaires

CERVIA : Centre Régional de Valorisation et d’Innovation Agricole et alimentaire.