TOP DES REMARQUES A EVITER AVEC UNE FEMME ENCEINTE

Une grossesse a tendance à mettre le sens du tact à rude épreuve ! Et ce, autant du côté de la femme enceinte que du côté de son entourage. Petit florilège… des remarques qu’il ne faut surtout pas faire à une femme enceinte. 

Si la plupart des remarques partent d’une bonne intention ou ne font que transparaître une inquiétude vis-à-vis de l’état physique ou mental de la future mère, réfréner ses élans de curiosité et de questions un peu trop intimes est largement bienvenu. Inutile de s’improviser gynécologue, nutritionniste ou puériculteur, gardez à l’esprit que votre interlocutrice est largement entourée de professionnels souvent bien plus compétents que vous ! Qu’elle a surtout besoin de bienveillance, qu’on prenne soin d’elle et parfois même qu’on lui fiche la paix !

1)« Tu as pris combien de kilos ? » 

Poserait-on cette question à une femme qui n’est pas enceinte ? La réponse est probablement non. Qui plus est, outre satisfaire une curiosité malsaine, quel intérêt ? Juger quelqu’un parce que sa prise de poids paraît trop faible vis-à-vis de la norme ou au contraire réciter une leçon de morale pour les kilos superflus ? Le poids est une affaire personnelle et seul un médecin doit s’en inquiéter. Surtout s’il s’agit de renchérir derrière avec un « Ah, c’est beaucoup, moi je n’avais pas pris autant » ou un « Mais tu es certaine que tu nourris assez ? Le régime attendra, bébé a besoin qu’on mange pour deux… »

 

2) « Profite bien de tes derniers instants de repos »

Si dans l’imaginaire collectif, une grossesse est synonyme de passer devant tout le monde à la caisse du supermarché, d’avoir une place assise dans le bus ou le métro, de manger des fraises à gogo en légumant sur un canapé devant sa série préférée, la réalité est tout autre ! Non, être enceinte ne consiste pas à se prélasser toute la journée en attendant l’accouchement. D’ailleurs, la plupart des femmes continuent de vaquer à leurs occupations et les nausées, les jambes lourdes, et les fréquentes envies d’uriner sont loin de constituer des conditions propices au repos, qu’on se le dise !

3) « Nos grands-mères, elles, accouchaient sans péridurale »

« Oui, et dans le temps, on pouvait mourir de la polio ou de la tuberculose. » L’humanité fait chaque jour des progrès et la médecine obstétricale aussi. Aujourd’hui près d’une naissance sur 5 se fait par césarienne et la péridurale représente 82 % des accouchements. Si elle ne représente pas de frein à ses convictions ni de contre-indications médicales, il paraît légitime de refuser de devoir se justifier à ce sujet. Après tout, pourquoi se priver d’un peu de confort lors de l’accouchement ?

4)« Tu vas allaiter ? »

À l’instar de la question de la péridurale, celle de l’allaitement est à la libre discrétion de la mère. Certaines, durant la grossesse, ne savent tout simplement pas ce qu’elles comptent faire à la naissance. Poser la question de l’allaitement sous-entend qu’il n’existe aucune autre alternative et que si l’on n’allaite pas, on est une « mauvaise mère ». Aucun intérêt donc, si ce n’est de créer une situation embarrassante ou de réciter mot à mot les préconisations de l’Organisation mondiale de la santé…

5)« Ah, mais tu ne devrais pas manger ça ! » 

Bien que cette phrase puisse être motivée par de louables intentions, attention à ne pas infantiliser une femme enceinte. S’il est mondialement connu qu’il ne faut ni fumer ni boire durant la grossesse, la prévention quant au risque de toxoplasmose est désormais chose courante et toute future mère sait qu’il faut s’abstenir de consommer de la viande ou du poisson cru. Idem pour les aliments pouvant contenir des métaux lourds ou des perturbateurs endocriniens.

6)« Je peux toucher ton ventre ? »

Être enceinte ne signifie pas être une bête de foire. Si un ventre rond attise votre curiosité, mieux vaut réfréner vos ardeurs. Tout le monde n’est pas féru de contact physique et vous vous doutez bien qu’il est fort peu agréable d’être confrontée à un éventail de personnes qui quémandent de toucher son ventre. La grossesse requiert déjà assez de palpations et d’examens en tout genre, inutile d’en rajouter une couche. Si c’est déjà mieux de poser la question plutôt que de toucher directement. Attendez d’y être invité par la future maman. Vous n’avez plus 3 ans !

7)« Vous allez l’appeler comment ? »

La fameuse question du prénom ! Eh bien sachez que si une femme enceinte souhaite vous spoiler le prénom de son bébé, elle le fera. Si ce n’est pas le cas, il y a de grandes chances qu’elle refuse tout simplement de vous répondre, par crainte d’être influencée ou jugée. « Alexandre, mais tu veux pas trouver un truc plus original ? », « Kévin, ah, comme l’acteur ? », « Martine ? On va se moquer d’elle avec un prénom pareil ! ». Ne l’oubliez pas, le choix du prénom revient aux parents et c’est une décision certes épineuse à prendre, mais motivée.

8)« Tu te sens prête à être mère ? »

Une question qui invite la femme enceinte à motiver sa situation sentimentale, professionnelle et financière, mais aussi à potentiellement se remettre en question. Certaines peuvent le voir comme un jugement de valeur… : la réponse risque de vous déplaire !

9)« Ton patron, il le sait, il l’a pris comment ? »

Encore une remarque qui ne peut qu’être mal prise ! Les amis et la famille ont souvent tendance à être trop intrusifs dans la vie d’une femme enceinte. Et s’improviser Directeur des ressources humaines, en fait très largement partie. Rassurez-vous, les femmes enceintes en entreprise sont monnaie courante et les « patrons » savent s’adapter à ce genre de situation. Évitez aussi le « Tu comptes reprendre le travail après ? » qui risque de faire un combo détonnant.

10) « Et le deuxième, c’est pour quand…

 …oui, parce qu’il lui faudra bien un petit frère ou une petite sœur, pour pas s’ennuyer » Eh bien déjà, il est peut-être un peu tôt de demander à une femme enceinte, qui n’a pas encore accouché de se projeter quant à l’avenir. Peut-être aussi qu’il faut lui laisser le temps d’appréhender son nouvel environnement et son nouveau petit être à charge, peut-être aussi que tous les parents ne souhaitent pas plusieurs enfants et aussi qu’en matière de parentalité, chacun est libre de la vivre à son image et à sa manière ?

Le ponpon de la cerise sur le gâteau ! 

Face à une femme enceinte, le manque de tact peut parfois atteindre son paroxysme. Dans la série des remarques à peine croyables… il y a le « C’était voulu ? », le « Pas trop déçue que ce soit pas un garçon ? », le « c’est qui le père ? – oui, oui, des cas de figure avérés ont été enregistrés. Mais on ose croire qu’ils ne sortiraient jamais de nos bouches 😉 Du coup, on les range bien au fond de la catégorie FERME TA BOUCHE !

Sya Dejade

Le 24 février 2021